Le programme 2009

Thursday 21 May 2009

télécharger le programme

lundi 25desertion

19h♦♦Ouverture
20h♦♦Lecture de Les Fossoyeurs de Mourad Bourboune
22h♦♦Café des Auteurs avec Mourad Bourboune et Jean-Marie Boëglin

mardi 26

18h30♦Le théâtre peut-il être un appel à déserter ?
Rencontre avec les auteurs Marie Dilasser, Thibault Fayner et Samuel Gallet avec Alice Folco, maître de conférences à l’université Stendhal
[Bibliothèque Centre ville]
20h♦♦Lecture de Echo-système de Marie Dilasser
22h♦♦Café des Auteurs avec Marie Dilasser

mercredi 27

18h30♦Inauguration officielle
20h♦♦Lecture de Des Cadavres qui respirent de Laura Wade
22h♦♦Café des Auteurs avec Laura Wade et les traductrices Blandine Pélissier et Kelly Rivière

jeudi 28

17h♦♦Prix des lycéens
20h♦♦Lecture de Terminus Dublin de Mark O’Rowe
22h♦♦Café des Auteurs avec Isabelle Famchon et Joseph Long, traducteurs

vendredi 29

14h30♦De la traduction au plateau, quel cheminement ?
Rencontre avec Silvia Berutti-Ronelt, Irène Bonnaud, Gilles Granouillet, Dominique Hollier, Yves Lebeau, Séverine Magois, Sylvie Mongin-Algan, Jacques Osinski et Sarah Vermande
18h30♦Les auteurs de langue allemande aujourd’hui
Rencontre avec l’auteur Klaus Händl et Michel Bataillon, germaniste et dramaturge
[Bibliothèque Centre ville]
20h♦♦Lecture de Au Pont de Pope Lick de Naomi Wallace
[par la Nième compagnie]
22h♦♦Café des Auteurs avec Dominique Hollier, traductrice

samedi 30

18h♦♦Lecture de Mon Cœur si jeune si fou de Anja Hilling
20h30♦Lecture de Le Charme obscur d’un continent de Klaus Händl
22h♦♦Café des Auteurs avec Klaus Händl et Heinz Schwarzinger, traducteur

Lundi 25 mai 2009

Thursday 21 May 2009

20 h Lecture

Les Fossoyeurs

de Mourad Bourboune [Algérie]

L’histoire se déroule dans un hammam, lieu préposé à l’hygiène des corps et à la purification de l’âme. Dans le pays qui subit un sévère rationnement de l’eau, le va et vient de ce précieux liquide va rythmer la pièce avec les gargouillis, l’explosion ou le vrombissement des tuyauteries. Il n’y a ni héros ni miracle. Religion, patrie, respect dû aux martyrs de la Libération, tout est manipulé, trafiqué, mis au service d’une stratégie de la rapine. Ce n’est là qu’une fiction, bien sûr, où tout est le fruit de la seule imagination de son auteur. Une pièce comique. Evidemment.

lire un extrait

écouter un extrait

voir les photos

22 h Café des auteurs

avec Mourad Bourboune et Jean-Marie Boëglin

Rencontre animée par Samuel Gallet

Né en 1938 à Jijel (Algérie), Mourad Bourboune est directeur du journal “El Moudjahid” et Haut-Commissaire à la Culture au lendemain de l’indépendance (1962). Il prend ses distances avec le pouvoir et démissionne de tous ses postes en 1964. Il s’oppose au coup d’Etat du colonel Boumediène de juin 1965 et participe à la fondation de l’ORP (Organisation de la Résistance Populaire). Il vit actuellement entre Paris et Alger. Il a publié deux romans : Le Monts des genêts (Editions Julliard) et Le Muezzin (Editions Christian Bourgois). Il est aussi l’auteur d’un recueil de poèmes : Le Pèlerinage païen (Editions Bouchène, Paris), ainsi que de nombreuses chroniques en Algérie et à l’étranger. Il a écrit une dizaine de scénarios de films. Les Fossoyeurs est sa première pièce de théâtre.

DISTRIBUTION

SI NACER
Jean-Vincent Brisa

MADAME
Nicole Vautier

CHIBANE
Philippe Saint-Pierre

JAMAL
Grégory Faive

MALIKA
Anne Rauturier

MOKHTAR
Stéphane Czopeck

SI MOUNIR
Bernard Garnier

EL KÉBIR
Michel Ferber

LAMIA
Hélène Gratet

L’OUVRIER
Thierry Blanc

DIRECTION DE LECTURE ET DIDASCALIES
Jean-Marie Boëglin

ÉQUIPE TECHNIQUE
SCENOGRAPHIE
Catherine Calixte
MISE EN LUMIERES
Karim Houari
en collaboration avec Stéphane Rey
et Julien Huraux
régisseur du Théâtre 145

Mardi 26 mai 2009

Thursday 21 May 2009

20 h Lecture

Écho-système

de Marie Dilasser [France] 2009
Echo-système nous emmène dans des paysages de collines où vivent sept énergumènes qui y ont pris racine à la manière des bambous et qui ne songent pas un seul instant à quitter ces contrées. C’est l’automne et comme chaque année, ce petit monde se fait aspirer par la force centrifuge qui tient son origine dans l’ouverture de la chasse à la palombe. Mais en même temps que la force centripète qu’est le monde tel qu’il est relaté dans les plus gros médias commence à les monter les uns contre les autres et qu’ils scrutent l’horizon sans jamais y voir une volée de palombe, leurs sens commencent petit à petit à leur jouer des tours et ils se trouvent en proie à des hallucinations de plus en plus grosses. C’est ainsi qu’Echo resurgit des entrailles de la terre…
Marie Dilasser

lire un extrait

voir les photos

écouter des extraits


Accompagnement en écriture
Troisième bureau a choisi pour cette 9e édition d’accompagner le travail d’écriture de l’auteure Marie Dilasser en lui proposant une “bourse d’écriture” pour son texte Echo-système et sa mise en lecture dans le cadre du festival.

22 h Café des auteurs avec Marie Dilasser

Rencontre animée par Samuel Gallet

Marie Dilasser, née en 1980, a fait ses études à Brest avant d’intégrer le département d’écriture dramatique de l’ENSATT (Ecole Nationale Supérieure des Arts et Techniques du Théâtre) en 2003 sous la direction d’Enzo Cormann, faisant partie de la première promotion sortie en 2006. En 2005, Décomposition d’un déjeuner anglais est éditée aux Solitaires Intempestifs. En 2007, Michel Raskine met en scène « Me zo gwin ha te zo dour » ou quoi être maintenant présenté à Lyon et à la Comédie de Valence, et publié aux Solitaires Intempestifs. En 2008, elle reçoit le Prix des Journées de Lyon des Auteurs de théâtre pour son texte Crash Test, édité aux éditions Act’Mem et mis en scène par Nicolas Ramon à Lyon. Marie Dilasser vit actuellement en Bretagne.

PADDY MAC DOOM
Bernard Garnier

ARSÈNE DROCH
Philippe Saint-Pierre

ELFIE RAZHAD
Sophie Vaude

PAUL KADILLAC

BORUTA PRISCILLONE
Grégory Faive

FLIC I
Sébastien Hoën-Mondin

FLIC ON
Ali Djilali Bouzina

DIRECTION DE LECTURE ET DIDASCALIES
Sylvie Jobert

ÉQUIPE TECHNIQUE
SCENOGRAPHIE
Catherine Calixte, assistée de
MISE EN LUMIERES
Karim Houari
en collaboration avec Stéphane Rey
et Julien Huraux
régisseur du Théâtre 145

Mercredi 27 mai 2009

Thursday 21 May 2009

20 h Lecture

Des Cadavres qui respirent

de Laura Wade [Anglettre] 2009 traduit par Blandine Pelissier et Kelly Rivère Quand un homme a perdu ce qui faisait sa joie, je tiens qu’il ne vit plus. C’est un cadavre qui respire. Sophocle Amy, une jeune femme de chambre, rêve de belles voitures et de balades romantiques, et découvre un client de l’hôtel qui semble être bien mort. Jim, patron d’une entreprise de garde-meubles, a des soucis avec des mauvaises odeurs dans un des containers et Elaine, sa femme, s’ennuie. Kate est débordée par son job et ne supporte pas le chien de Ben, son jeune amant désoeuvré. Jim a découvert pourquoi… Ils sont six, plus ou moins coincés dans leur quotidien à courir après leur joie de vivre… six plus un. Les hasards de la vie vont les faire se croiser, hasards se manifestant sournoisement par des morts violentes. Cinq scènes, cinq tranches de vie toute simple qui nous touchent, où humour, ennui et ironie se côtoient, mettant à jour les petites et grandes souffrances ordinaires. Les personnages de cette pièce cruelle et drôle sont pour ainsi dire en sursis. Leur quotidien se change en cauchemar, les rencontres deviennent des affrontements. La mort, omniprésente, ne montre pas toujours le même visage. Elle est tour à tour grotesque, pitoyable ou cruelle… Par une construction subtile, la jeune auteure brouille les pistes et ne dévoile les faits que progressivement. Le suspense reste intact et nous tient en haleine jusqu’à la fin. Traduction réalisée à l’initiative et avec le soutien de Troisième bureau

lire un extrait

Ecouter un extrait

voir les photos

22 h Café des auteurs

avec Laura Wade, Blandine Pelissier, Kelly Rivière Rencontre animée par Samuel Gallet

Laura Wade est née en 1977 à Bedford en Angleterre. Après des études de littérature dramatique à l’Université de Bristol, elle intègre le Young Writers Programme du Royal Court Theatre. Sa première pièce, Limbo, est présentée au Sheffield Crucible Studio Theatre en 1996, et 16 Winters à Bristol en 2000. Sa pièce Young Emma inaugure en 2003 le Findborough Theatre, où elle est par la suite en résidence. En 2004, elle est auteure associée au théâtre de Soho et écrit Colder Than Here et Other Hands. Elle reçoit le prix de l’auteure la plus prometteuse par le Critics’ Circle Theatre pour Breathings Corpses (Des Cadavres qui respirent), jouée au Royal Court en 2005, et élue meilleure pièce de l’année 2006. Une adaptation télévisuelle de Colder Than Here est en cours.

Blandine Pélissier est comédienne et traductrice. Elle est membre du conseil d’administration de la Maison Antoine Vitez, centre international de la traduction théâtrale. Elle a traduit notamment des textes de David Greig, Zinnie Harris, Morris Panych, Tomson Highway, Richard Dresser, Joe Penhall, Torben Betts… Ses traductions, dont certaines ont reçu l’aide à la création du Centre National du Théâtre, sont publiées aux éditions Théâtrales, l’Avant-scène Théâtre, l’Embarcadère et ont été jouées à Valence, Genève, Bruxelles, Paris, Lyon et/ou diffusées sur France Culture. En tant que comédienne, elle a joué au théâtre avec Alexis Michalik, Olivier Brunhes, Laurent Malkès, Colombe Barsacq, Franck Bertrand, Gilles Mariani… et au cinéma avec Philippe Lioret, Pierre Salvadori, Laurent Tuel…

Kelly Rivière est comédienne et traductrice. Elle intègre le comité de lecture anglais de la Maison Antoine Vitez en 2005. En 2007, elle obtient une bourse du British Council pour traduire L’ombre d’un garçon de Gary Owen, publiée chez Actes Sud-Papiers en avril 2009. Elle traduit également Mon enfant de Mike Bartlett, Les cinq femmes de Maurice Pinder de Matt Charman en collaboration avec les traducteurs du comité anglais de la Maison Antoine Vitez. En tant que comédienne, elle travaille avec les metteurs en scène Sarah Siré, Jalie Barcilon, la chorégraphe Laureline Gelas, le comité ADN118, Wissam Arbache, Jean-Pierre Garnier, Xavier Maurel et Guy Freixe. DISTRIBUTION EMMA Anne Rauturier JIM Jean-Vincent Brisa KATE Sophie Vaude ELAINE Danièle Klein TOM Sébastien Hoën-Mondin BEN Grégory Faive CHARLIE Stéphane Czopeck DIRECTION DE LECTURE ET DIDASCALIES Nicole Vautier ÉQUIPE TECHNIQUE SCENOGRAPHIE Catherine Calixte MISE EN LUMIERES Karim Houari en collaboration avec Stéphane Rey et Julien Huraux régisseur du Théâtre 145

Jeudi 28 mai 2009

Thursday 21 May 2009

20 h Lecture

Terminus Dublin

de Mark O’Rowe [Irlande] 2007
Traduction de Isabelle Famchon et Joseph Long

La pièce a été traduite avec le soutien de la Maison Antoine-Vitez et de l’Ireland Literature Exchange
Editions Théâtrales, coéditeur CulturesFrance, collection Traits d’Union 2008

A.– « Putain, je suis pas douée pour jouer les Bons Samaritains !», je me dis, pendant que j’essaie de dissuader de se foutre en l’air un mec qui, d’abord à mots couverts, puis en langage clair, me parle de flingue, une balle dans la tête c’est l’idée. Faudrait être zen. Au lieu de quoi j’angoisse comme une malade en lui demandant où il habite, et puis je panique en entendant un coup partir, et puis arrête quand il me sort, «Je t’ai bien eue, connasse !» et raccroche en ricanant, ce taré !

Dans le ciel de Dublin, dans les entrailles de la Terre, en passant par les pubs de la capitale irlandaise, flotte une atmosphère d’apocalypse, de “terminus”. Fin de parcours sur les ailes d’un démon, voyage sanglant d’un serial killer ou assistante pas si sociale que ça, Mark O’Rowe nous balade en terre de paumés. Le tout slamé, rythmé, ça cogne, ça balance dur. Tout le monde descend ! (NdE)

lire un extrait

voir les photos

écouter un extrait

22 h Café des auteurs

avec Isabelle Famchon et Joseph Long

Rencontre animée par Samuel Gallet

Né en 1970 à Dublin, Mark O’Rowe commence à écrire il y a une dizaine d’années. Après quelques courtes pièces pour le jeune public, il écrit From Both Hips (1997). Présentée à Dublin et à Glasgow, elle remporte le Stewart Parker BBC Radio Drama Award. Avec Howie the Rookie, créée en 1999 et jouée depuis un peu partout dans le monde, il fait son entrée à Londres et remporte le George Devine Award et le Rooney Prize for Irish Literature (1999), puis le Irish Times ESB/Best New Play (2000). Il compte à son actif une dizaine de pièces, dont The Aspidistra Code (1995), From Both Hips (1999), Howie the Rookie (1999), Made in China (2001), Crestfall (2003) et Dublin (Terminus Dublin) créée en 2007 à l’Abbey Theatre de Dublin, puis jouée en 2008 à New York, et reprise au Festival d’Édimbourg. En 2002, il écrit le scénario original de son premier film, qui sort en 2003, Intermission. Plusieurs de ses pièces sont traduites en français du Québec par Olivier Choinière et jouées avec succès à Montréal.

Isabelle Famchon est cofondatrice de la compagnie Roger Blin. Membre de longue date de la Maison Antoine-Vitez, elle effectue depuis plusieurs années des recherches sur le théâtre irlandais. Traductrice, dramaturge, auteur d’adaptations, d’articles sur l’histoire du théâtre et sur la traduction théâtrale, parfois metteur en scène, elle s’attache surtout à découvrir, traduire et faire connaître les dramaturgies contemporaines de langue anglaise. Elle a traduit notamment Tom Murphy, Franck McGuinness, Sebastian Barry, Vincent Woods, Chris Lee, Ursula Rani Sarma pour l’Irlande, James Stock, Howard Barker, John Retallack pour l’Angleterre… Pour l’Union des théâtres de l’Europe, elle co-traduit du gallois Trois de Meic Povey et, de l’irlandais, La colline aux fées a pris feu d’Eilis NiDhuibhne. Elle signe les surtitrages de plusieurs spectacles, notamment à la MC 93 de Bobigny.

Joseph Long
est irlandais, né à Dublin. Il est docteur de l’université de Strasbourg, officier de l’ordre des Palmes académiques, et chevalier de l’ordre des Arts et des Lettres. De 1999 à 2005, il dirige le Centre d’études théâtrales de l’Université nationale d’Irlande, à Dublin. Traducteur d’Armand Gatti pour des pièces de théâtre et des scénarios de films, il a traduit également des pièces de Bernard-Marie Koltès et Jean-Luc Lagarce et a participé à de nombreux projets de traduction théâtrale, à l’échelle européenne comme au Canada. Il a collaboré à la traduction française d’auteurs irlandais, notamment de Frank McGuinness et a publié des ouvrages dans le domaine du théâtre tant irlandais que français, et sur l’écriture bilingue de Samuel Beckett.

DISTRIBUTION

A
Véronique Kapoïan

B
Léo Ferber

C
Stéphane Czopeck

DIRECTION DE LECTURE ET DIDASCALIES
Bernard Garnier et Philippe Saint-Pierre

ÉQUIPE TECHNIQUE
SCENOGRAPHIE
Catherine Calixte, assistée de
MISE EN LUMIERES
Karim Houari
en collaboration avec Stéphane Rey
et Julien Huraux
régisseur du Théâtre 145

Vendredi 29 mai 2009

Thursday 21 May 2009

20 h Lecture

Au Pont de Pope Lick

de Naomi Wallace [U.S.A]
Traduction de Dominique Hollier [2007]

Pace Creagan traîne ses dix-sept ans sur le pont de Pope Lick, défiant la mort qui arrive tous les jours en hurlant dans la vapeur du train de marchandises. Elle invente un jeu auquel elle convie le jeune Dalton Chance qui espère que sa témérité sera récompensée par un baiser de la belle : traverser les voies avant que la locomotive n’ait eu le temps de passer d’un bout à l’autre du pont. L’ère industrielle a brisé les espoirs des prolétaires. La rage de vivre des jeunes gens se heurte à l’inertie des adultes désabusés, abîmés ou abrutis par les déboires et la misère. La mère de Dalton croit encore que l’occupation des usines rendra du travail aux ouvriers, mais le père, dont la grande carcasse a été brisée par le chômage, se retire dans le monde illusoire des ombres chinoises dont il décore les murs de sa folie douce.
Catherine Robert

lire un extrait

voir les photos

Ecouter un extrait

22 h Café des auteurs

avec Dominique Hollier

Rencontre animée par Samuel Gallet

Née dans le Kentucky, Naomi Wallace est dramaturge, scénariste et poétesse et vit actuellement dans le nord de l’Angleterre. Elle a écrit sa première pièce The War Boys à 32 ans. Depuis ont notamment suivi In the fields of Aceldama, The Girl who fell through a hole in her Jumper, One Flea Spare (Une Puce, épargnez-là), The Trestle of Pope Lick Creek (Au pont de Pope Lick), In the heart of America (Au Cœur de l’Amérique), Slaughter city, The retreating world (Un Monde qui s’efface), The Inland sea (La Mer intérieure), A State of innocence (Un état d’innocence), Birdy (d’après un roman de William Wharton), Things of dry hours (Les Heures sèches), créée à Pittsburgh puis à New York en 2006. Elle a écrit le scénario du film Lawn dogs (réalisation John Duigan, 1997). Elle est auteure associée à l’Actor’s studio Theatre de Louisville, Kentucky, au National Theatre de Londres et à la 7:84 Theatre company de Glasgow. Son œuvre poétique et théâtrale a été récompensée à de nombreuses reprises. En France, ont été représentées Au Pont de Pope Lick et Au Cœur de l’Amérique. Un Monde qui s’efface a été lue à la Mousson d’été en 2006 et enregistrée pour France Culture et Les Heures Sèches à la Comédie Française en 2008. Une Puce, épargnez-là et Au Cœur de l’Amérique ont paru chez Théâtrales.

Dominique Hollier a abordé le théâtre avec la compagnie Laurent Terzieff, avec qui elle joue Saunders, Pirandello, Mrozek, Asmussen, David Hare. Elle joue aussi avec d’autres compagnies, des textes d’Eugène Durif, Maryse Pelletier, Frank Bertrand, J-M Benet y Jornet, Robert Angebaud, Céline Champinot.
Elle traduit Don DeLillo, Caryl Churchill, Muray Shisgall, JP Shanley, Michael Frayn, Ariel Dorfman, et les pièces de Ronald Harwood, dont Temps contre Temps et À Torts et à Raisons, qui lui ont valu deux nominations aux Molières en 1993 et 2000, et L’Habilleur, actuellement mis en scène par Laurent Terzieff au Théâtre Rive-Gauche. Elle prend une part active aux travaux de la Maison Antoine Vitez, et s’attache à traduire et faire découvrir les pièces de jeunes auteurs anglophones : Joe Penhall, Gregory Burke, Zinnie Harris, Naomi Wallace, Michael Wynne… Elle traduit pour le cinéma en signant notamment la version française et les sous-titres d’Oliver Twist de Roman Polanski.

LA NIEME COMPAGNIEDISTRIBUTION

CHAS
Rémi Rauzier

DALTON
Abdelslam Laroussi

DRAY
Raphaël Simonet

GIN
Véronique Kapoïan

PACE
Hélène Piere

DIRECTION DE LECTURE ET DIDASCALIES
Claire Truche

ÉQUIPE TECHNIQUE
SCENOGRAPHIE
Catherine Calixte, assistée de
MISE EN LUMIERES
Karim Houari
en collaboration avec Stéphane Rey
et Julien Huraux
régisseur du Théâtre 145

Samedi 30 mai 2009

Thursday 21 May 2009

18 h Lecture

Mon cœur si jeune si fou

de Anja Hilling [Allemagne]
Traduction de Henri Christophe

Une journée tout à fait normale dans un immeuble de location tout à fait normal. Madame Schleuter, au quatrième étage, a décidé que cette journée serait sa dernière. « À trois heures, trois heures précises, je serai une femme tragique ». Elle n’est pourtant ni particulièrement pauvre, ni vieille ou laide, juste un peu solitaire et surtout perfectionniste jusque dans les moindres détails. Miroslav, le livreur de jus de fruits auquel elle vient de passer une commande, juste avant d’arracher le téléphone du mur, doit la trouver, beau cadavre en robe rouge. Mais la vie, telle qu’elle se déroule, va contrecarrer cette mise en scène minutieuse dans une réaction en chaîne de hasards improvisés. De ce kaléidoscope catastrophique d’existences en cellules d’habitation isolées naît un panorama multicolore des névrosés de la ville et de leurs désirs. Des liens s’établissent. Les monologues deviennent des conversations et sur tout cela plane une vieille chanson de Doris Day: « My young and foolish heart ». Silvia Stammen

lire un extrait

voir les photos

écouter un extrait

Née à Lingen (Basse-Saxe) en 1975, Anja Hilling compte parmi les auteurs dramatiques contemporains allemands les plus en vue outre-Rhin. Son œuvre, déjà abondante, connaît un succès public et critique grandissant. Après des études en lettres et en sciences théâtrales à Munich et Berlin, elle est admise à l’Université des Arts de la capitale allemande où elle poursuit, de 2002 à 2006, le cursus Écriture scénique. Sa première pièce Sterne (2003) lui vaut une invitation au prestigieux Theatertreffen, les Rencontres Théâtrales de Berlin, et le Prix du meilleur espoir de la Dresdner Bank. Auteur en résidence au Royal Court Theatre de Londres en 2003, son œuvre se développe au rythme d’une à deux pièces par an : Mein junges idiotisches Herz (2004), Monsun (2005), Protection (2005), Bulbus (2006), Sinn (2007), Schwarzes Tier Traurigkeit (2007), Nostalgie 2175 (2008). Élue révélation de l’année par le magazine Theater heute en 2005, Anja Hilling est régulièrement traduite en anglais. Sa pièce Sinn (Sens), fruit d’une coproduction de la Comédie de Saint-Etienne et du Theater de Hambourg, a été donnée simultanément en français et en allemand dans le courant de l’année 2007. Elle vit à Berlin. Bulbus traduite dans le cadre de la manifestation Traits d’Union est éditée chez Théâtrales.

DISTRIBUTION
MON CŒUR SI JEUNE SI FOU
PAULA RIMAR
Sophie Vaude
MME SCHLEUTER
Sylvie Jobert
MITOSLAV VULIK
Grégory Faive
KRISTOF LAPUN
Thierry Blanc
EUGEN TENDER
Stéphane Czopeck
Y K SABLMANN
Philippe Saint-Pierre
DIRECTION DE LECTURE ET DIDASCALIES
Danièle Klein

20 h 30 lecture

Le Charme obscur d’un continent

de Klaus Händl [Autriche]
Traduction de Henri Christophe

Quelque chose de monstrueux pourrait s’être produit – ou alors rien du tout. Corinna, la chirurgienne de la mâchoire, mondaine, légèrement névrosée, souffrant d’un syndrome de l’assistante, qui rêve de raccommoder des becs de lièvre dans la forêt vierge péruvienne et de diriger un chœur de patients guéris, et M. Hufschmied, le propriétaire timide, mais riche comme Crésus, qui conserve les cendres de sa mère avec sa porcelaine et, comme l’araignée dans sa toile, attend une victime pour sa machine à célibataires, s’entortillent au doux swing de la bossa nova, comme des chats qui miaulent dans un duo amoureux.
La remise de l’appartement nettoyé se transforme en un passage morbide sous les fourches caudines, car malgré toute son ardeur ménagère, Corinna a négligé quelque chose qui ressemble à un petit orteil humain, soigneusement détaché de son ancien propriétaire, qui pourrait avoir été Marcel, l’ami de Corinna…
Silvia Stammen

lire un extrait

voir les photos

écouter un extrait

Né en 1969 au Tyrol, Klaus Händl aborde le théâtre à la Schauspielhaus de Vienne comme comédien. Il joue pour le cinéma. Il écrit des textes de théâtre, mais aussi des scénarios et des livrets d’opéra. Il a mis en scène son premier texte dramatique pour le festival steirischer herbst (“automne styrien”) à Graz, en Autriche. Il a reçu en 1995 le prix Robert-Walser et le prix Rauris (romans), le prix de la meilleure pièce radiophonique de l’année 1996 en Allemagne. En 2004, il est élu meilleur jeune auteur dramatique par le jury de la revue Theater heute et meilleur auteur dramatique de l’année en 2006. Son premier long-métrage, Märtz, a reçu l’été 2008 le Léopard de la première oeuvre à la compétition internationale du Film de Locarno, en Suisse. Il vit actuellement entre la Suisse, l’Allemagne et l’Autriche.

DISTRIBUTION
LE CHARME OBSCUR D’UN CONTINENT
LA MÈRE
Sylvie Jobert
LA FILLE
Léo Ferber
LE LOGEUR
Gilles Najean
DIRECTION DE LECTURE ET DIDASCALIES
Grégory Faive

22 h Café des auteurs

avec Klaus Händl et Heinz Schwarzinger

Rencontre animée par Samuel Gallet

Né en 1945 à Klagenfurt (Autriche), Heinz Schwarzinger étudie le théâtre à Vienne et à Paris. Puis il enseigne l’Allemand dans le supérieur, tout en gardant une pratique théâtrale en France, en Allemagne et en Autriche. Depuis 1972, il traduit essentiellement du théâtre, au début en collaboration avec des auteurs français, puis seul, sous le pseudonyme de Henri Christophe. En 1998, il reçoit la Croix d’Honneur autrichienne pour les sciences et l’art. En 2005, il est fait Officier de l’ordre des Arts et des Lettres. En 1991, il reçoit le Prix national autrichien de la traduction littéraire. Il dirige ou intervient dans des colloques et ateliers sur le théâtre contemporain, la traduction, la littérature et le sous-titrage. Il est le traducteur de Bertold Brecht, Ödön von Horvath, Peter Handke, Georg Kaiser, Karl Kraus, Heiner Muller, Egon Schiele, Arthur Schnitzler, Botho Strauss, Perer Turrini, Frank Wedekind….

Les auteurs du festival 2009

Thursday 21 May 2009

Mourad Bourbounebourboune

Né en 1938 à Jijel (Algérie), Mourad Bourboune est directeur du journal “El Moudjahid” et Haut-Commissaire à la Culture au lendemain de l’indépendance (1962). Il prend ses distances avec le pouvoir et démissionne de tous ses postes en 1964. Il s’oppose au coup d’Etat du colonel Boumediène de juin 1965 et participe à la fondation de l’ORP (Organisation de la Résistance Populaire). Il vit actuellement entre Paris et Alger.
Il a publié deux romans : Le Monts des genêts (Editions Julliard) et Le Muezzin (Editions Christian Bourgois). Il est aussi l’auteur d’un recueil de poèmes : Le Pèlerinage païen (Editions Bouchène, Paris), ainsi que de nombreuses chroniques en Algérie et à l’étranger. Il a aussi écrit une dizaine de scénarios de films. Les Fossoyeurs est sa première pièce de théâtre.

Marie Dilasser

Marie Dilasser, née en 1980, a fait ses études à Brest avant d’intégrer le département d’écriture dramatique de l’ENSATT (Ecole Nationale Supérieure des Arts et Techniques du Théâtre) en 2003 sous la direction d’Enzo Cormann, faisant partie de la première promotion sortie en 2006. En 2005, Décomposition d’un déjeuner anglais est éditée aux Solitaires Intempestifs. En 2007, Michel Raskine met en scène Me zo gwin ha te zo dour ou quoi être maintenant présenté à Lyon et à la Comédie de Valence, et publié aux Solitaires Intempestifs. En 2008, elle reçoit le Prix des Journées de Lyon des Auteurs de théâtre pour son texte Crash Test, édité aux éditions Act’Mem et mis en scène par Nicolas Ramon à Lyon. Marie Dilasser vit actuellement en Bretagne

Klaus Händl

Né en 1969 au Tyrol, Klaus Händl aborde le théâtre à la Schauspielhaus de Vienne comme comédien. Il joue pour le cinéma. Il écrit des textes de théâtre, mais aussi des scénarios et des livrets d’opéra. Il a mis en scène son premier texte dramatique po

ur le festival steirischer herbst (“automne styrien”) à Graz, en Autriche. Il a reçu en 1995 le prix Robert-Walser et le prix Rauris (romans), le prix de la meilleure pièce radiophonique de l’année 1996 en Allemagne. En 2004, il est élu meilleur jeune auteur dramatique par le jury de la revue Theater heute et meilleur auteur dramatique de l’année en 2006. Son premier long-métrage, Märtz a reçu l’été 2008 le Léopard de la première œuvre à la compétition internationale du Film de Locarno, en Suisse. Il vit actuellement entre la Suisse, l’Allemagne et l’Autriche.

Anja Hilling

Née à Lingen (Basse-Saxe) en 1975, Anja Hilling compte parmi les auteurs dramatiques contemporains allemands les plus en vue outre-Rhin. Son œuvre, déjà abondante, connaît un succès public et critique grandissant. Après des études en lettres et en sciences théâtrales à Munich et Berlin, elle est admise à l’Université des Arts de la capitale allemande où elle poursuit, de 2002 à 2006, le cursus Écriture scénique. Sa première pièce Sterne (2003) lui vaut une invitation au prestigieux Theatertreffen, les Rencontres Théâtrales de Berlin, et le Prix du meilleur espoir de la Dresdner Bank. Auteur en résidence au Royal Court Theatre de Londres en 2003, son œuvre se développe au rythme d’une à deux pièces par an : Mein junges idiotisches Herz (2004), Monsun (2005), Protection (2005), Bulbus (2006), Sinn (2007), Schwarzes Tier Traurigkeit (2007), Nostalgie 2175 (2008). Élue révélation de l’année par le magazine Theater heute en 2005, Anja Hilling est régulièrement traduite en anglais. Sa pièce Sinn (Sens), fruit d’une coproduction de la Comédie de Saint-Etienne et du Theater de Hambourg, a été donnée simultanément en français et en allemand dans le courant de l’année 2007. Elle vit à Berlin. Bulbus traduite dans le cadre de la manifestation Traits d’Union, est éditée chez Théâtrales.

Mark O’Rowe

Né en 1970 à Dublin, Mark O’Rowe commence à écrire il y a une dizaine d’années. Après quelques courtes pièces pour le jeune public, il écrit, From Both Hips (1997). Présentée à Dublin et à Glasgow, elle remporte le Stewart Parker BBC Radio Drama Award. Avec Howie the Rookie, créée en 1999 et jouée depuis un peu partout dans le monde, il fait son entrée à Londres et remporte le George Devine Award et le Rooney Prize for Irish Literature (1999), puis le Irish Times ESB/Best New Play (2000). Il compte à son actif une dizaine de pièces, dont The Aspidistra Code (1995), From Both Hips (1999), Howie the Rookie (1999), Made in China (2001), Crestfall (2003) et Terminus Dublin créée en 2007 à l’Abbey Theatre de Dublin, puis jouée en 2008 à New York, et reprise au Festival d’Édimbourg. En 2002, il écrit le scénario original de son premier film, qui sort en 2003, Intermission. Plusieurs de ses pièces sont traduites en français du Québec par Olivier Choinière et jouées avec succès à Montréal.

Laura Wade

Laura Wade est née en 1977 à Bedford en Angleterre. Après des études de littérature dramatique à l’Université de Bristol, elle intègre le Young Writers Programme du Royal Court Theatre. Sa première pièce, Limbo, est présentée au Sheffield Crucible Studio Theatre en 1996, et 16 Winters à Bristol en 2000. Sa pièce Young Emma inaugure en 2003 le Findborough Theatre, où elle est par la suite en résidence. En 2004, elle est auteure associée au théâtre de Soho et écrit Colder Than Here et Other Hands. Elle reçoit le prix de l’auteure la plus prometteuse par le Critics’ Circle Theatre pour Breathings Corpses (Des Cadavres qui respirent), jouée au Royal Court en 2005, et élue meilleure pièce de l’année 2006. Une adaptation télévisuelle de Colder Than Here est en cours.

Naomi Wallace

Née dans le Kentucky, Naomi Wallace est dramaturge, scénariste et poétesse et vit actuellement dans le nord de l’Angleterre. Elle a écrit sa première pièce The War Boys à 32 ans. Depuis ont notamment suivi In the fields of Aceldama, The Girl who fell through a hole in her Jumper, One Flea Spare (Une Puce, épargnez-là), The Trestle of Pope Lick Creek (Au pont de Pope Lick), In the heart of America (Au Cœur de l’Amérique), Slaughter city, The retreating world (Un Monde qui s’efface), The Inland sea (La Mer intérieure), A State of innocence (Un état d’innocence), Birdy (d’après un roman de William Wharton), Things of dry hours (Les Heures sèches), créée à Pittsburgh puis à New York en 2006. Elle a écrit le scénario du film Lawn dogs (réalisation John Duigan, 1997). Elle est auteure associée à l’Actor’s studio Theatre de Louisville, Kentucky, au National Theatre de Londres et à la 7:84 Theatre company de Glasgow. Son œuvre poétique et théâtrale a été récompensée à de nombreuses reprises. En France, ont été représentées Au Pont de Pope Lick et Au Cœur de l’Amérique. Un Monde qui s’efface a été lue à la Mousson d’été en 2006 et enregistrée pour France Culture et Les Heures Sèches à la Comédie Française en 2008. Une Puce, épargnez-là et Au Cœur de l’Amérique ont paru chez Théâtrales.

Les traducteurs du festival 2009

Thursday 21 May 2009

Blandine Pélissierimages
est comédienne et traductrice. Elle est membre du conseil d’administration de la Maison Antoine Vitez, centre international de la traduction théâtrale. Elle a traduit notamment des textes de David Greig, Zinnie Harris, Morris Panych, Tomson Highway, Richard Dresser, Joe Penhall, Torben Betts… Ses traductions, dont certaines ont reçu l’aide à la création du Centre National du Théâtre, sont publiées aux éditions Théâtrales, l’Avant-scène Théâtre, l’Embarcadère et ont été jouées à Valence, Genève, Bruxelles, Paris, Lyon et/ou diffusées sur France Culture. En tant que comédienne, elle a joué au théâtre avec Alexis Michalik, Olivier Brunhes, Laurent Malkès, Colombe Barsacq, Franck Bertrand, Gilles Mariani… et au cinéma avec Philippe Lioret, Pierre Salvadori, Laurent Tuel…

Kelly Rivière
est comédienne et traductrice. Elle intègre le comité de lecture anglais de la Maison Antoine Vitez en 2005. En 2007, elle obtient une bourse du British Council pour traduire L’ombre d’un garçon de Gary Owen, publiée chez Actes Sud-Papiers en avril 2009. Elle traduit également Mon enfant de Mike Bartlett, Les cinq femmes de Maurice Pinder de Matt Charman en collaboration avec les traducteurs du comité anglais de la Maison Antoine Vitez. En tant que comédienne, elle travaille avec les metteurs en scène Sarah Siré, Jalie Barcilon, la chorégraphe Laureline Gelas, le comité ADN 118, Wissam Arbache, Jean-Pierre Garnier, Xavier Maurel et Guy Freixe.

Isabelle Famchon
est cofondatrice de la compagnie Roger Blin. Membre de longue date de la Maison Antoine-Vitez, elle effectue depuis plusieurs années des recherches sur le théâtre irlandais. Traductrice, dramaturge, auteur d’adaptations, d’articles sur l’histoire du théâtre et sur la traduction théâtrale, parfois metteur en scène, elle s’attache surtout à découvrir, traduire et faire connaître les dramaturgies contemporaines de langue anglaise. Elle a traduit notamment Tom Murphy, Franck McGuinness, Sebastian Barry, Vincent Woods, Chris Lee, Ursula Rani Sarma pour l’Irlande, James Stock, Howard Barker, John Retallack pour l’Angleterre… Pour l’Union des théâtres de l’Europe, elle co-traduit du gallois Trois de Meic Povey et, de l’irlandais, La colline aux fées a pris feu d’Eilis NiDhuibhne. Elle signe les surtitrages de plusieurs spectacles, notamment à la MC 93 de Bobigny.

Joseph Long
est irlandais, né à Dublin. Il est docteur de l’université de Strasbourg, officier de l’ordre des Palmes académiques, et chevalier de l’ordre des Arts et des Lettres. De 1999 à 2005, il dirige le Centre d’études théâtrales de l’université nationale d’Irlande, à Dublin. Traducteur d’Armand Gatti pour des pièces de théâtre et des scénarios de films, il a traduit également des pièces de Bernard-Marie Koltès et Jean-Luc Lagarce et a participé à de nombreux projets de traduction théâtrale, à l’échelle européenne comme au Canada. Il a collaboré à la traduction française d’auteurs irlandais, notamment de Frank McGuinness et a publié des ouvrages dans le domaine du théâtre tant irlandais que français, et sur l’écriture bilingue de Samuel Beckett.

Michel Bataillon
est né à La Chaise-Dieu en 1939. Germaniste formé à la Sorbonne et à l’UniversitéKarl-Marx de Leipzig, il est dramaturge et traducteur, spécialiste de littérature allemande. Il a traduit Peter Weiss, Bertolt Brecht, Heiner Müller, Lothar Trolle, Thomas Brasch, Botho Strauss… Il a travaillé dans l’équipe de recherches théâtrales du CNRS avec Denis Bablet et Jean Jacquot, a rejoint Gabriel Garran en 1964 pour fonder le théâtre de la Commune d’Aubervilliers, et a été le collaborateur de Roger Planchon au Théâtre National Populaire de Villeurbanne, de 1972 à 2002. En 2001, il publie aux Editions Marval deux volumes sur la décentralisation théâtrale à Lyon de 1950 à 1972 et en 2005 un second ouvrage en trois volumes sur le TNP de 1972 à 1986. Il prépare un troisième ouvrage sur les années 1986 à 2000. Il assure la présidence de la Maison Antoine Vitez et de la Commission nationale d’aide à la création des œuvres dramatiques.

Dominique Hollier
a abordé le théâtre avec la compagnie Laurent Terzieff, avec qui elle joue Saunders, Pirandello, Mrozek, Asmussen, David Hare. Elle joue aussi avec d’autres compagnies, des textes d’Eugène Durif, Maryse Pelletier, Frank Bertrand, J-M Benet y Jornet, Robert Angebaud, CélineChampinot. Elle traduit Don DeLillo, Caryl Churchill, Muray Shisgall, JP Shanley, Michael Frayn, Ariel Dorfman, et les pièces de Ronald Harwood, dont Temps contre Temps et À Torts et à Raisons, qui lui ont valu deux nominations aux Molières en 1993 et 2000, et L’Habilleur, actuellement mis en scène par Laurent Terzieff au Théâtre Rive-Gauche. Elle prend une part active aux travaux de la Maison Antoine Vitez, et s’attache à traduire et faire découvrir les pièces de jeunes auteurs anglophones : Joe Penhall, Gregory Burke, Zinnie Harris, Naomi Wallace, Michael Wynne… Elle traduit pour le cinéma en signant notamment la version française et les sous-titres d’Oliver Twist de Roman Polanski.

Heinz Schwarzinger
est né en 1945 à Klagenfurt (Autriche), il étudie le théâtre à Vienne et à Paris. Puis il enseigne l’Allemand dans le supérieur, tout en gardant une pratique théâtrale en France, en Allemagne et en Autriche. Depuis 1972, il traduit essentiellement du théâtre, au début en collaboration avec des auteurs français, puis seul, sous le pseudonyme de Henri Christophe. En 1998, il reçoit la Croix d’Honneur autrichienne pour les sciences et l’art. En 2005, il est fait Officier de l’ordre des Arts et des Lettres. En 1991, il reçoit le Prix national autrichien de la traduction littéraire. Il dirige ou intervient dans des colloques et ateliers sur le théâtre contemporain, la traduction, la littérature et le sous-titrage. Il est le traducteur de Bertold Brecht, Ödön von Horvath, Peter Handke, Georg Kaiser, Karl Kraus, Heiner Muller, Egon Schiele, Arthur Schnitzler, Botho Strauss, Perer Turrini, Frank Wedekind…

Les rencontres

Thursday 21 May 2009

Au théâtre 145 …

De la traduction au plateau, quel cheminement ?

Vendredi 29, 14h30

Avec la participation de la Maison Antoine Vitez, centre international de la traduction théâtrale.

Le festival Regards croisés a accueilli au fil des éditions nombre de traductrices et traducteurs, faisant ainsi écho aux différentes initiatives qui se sont développées en France pour la promotion de la traduction théâtrale et la découverte des auteurs contemporains. Citons notamment la Maison Antoine Vitez, centre international de la traduction théâtrale à Montpellier, l’Atelier Européen de la Traduction à Orléans, le projet Trames à Saint-Étienne, Corps de Textes Europe… Si l’auteur après un long exil est de retour – il n’est pas rare aujourd’hui qu’il soit associé au travail qui précède la représentation (il y a à peine plus de dix ans, il n’y avait paraît-il pas d’auteur en France) – qu’en est-il du traducteur ? En va-t-il de même ? La chose semble plus complexe car n’étant pas l’auteur mais son passeur, son “interprète” (« traduttore traditore »), il se retrouve de fait dans une position intermédiaire parfois inconfortable. On se permettra plus facilement de “discuter” une traduction qu’un texte, voire de la modifier ou de l’adapter avec ou sans l’aval de son “auteur”. Où se situe le traducteur dans le processus théâtral ? Quels liens s’établissent entre traducteur et metteur en scène dans la mise à l’épreuve des textes au plateau ?

Les invités :
Silvia Berutti-Ronelt est traductrice et travaille au projet Trames à la Comédie de Saint-Étienne.
Irène Bonnaud est metteur en scène associée au Théâtre Dijon Bourgogne. Elle vient de traduire et mettre en scène La Charrue et les étoiles de Sean O’Casey.
Gilles Granouillet est auteur et metteur en scène. Il est auteur associé à la Comédie de Saint-Étienne. Il mettra en scène sa dernière pièce Nos écrans bleutés à l’automne 2009.
Dominique Hollier est traductrice et comédienne. Elle prend une part active aux travaux de la Maison Antoine Vitez.
Yves Lebeau, acteur formé au Conservatoire National Supérieur d’Art Dramatique de Paris, est auteur et traducteur.
Séverine Magois après des études d’anglais et une formation de comédienne, s’oriente vers la traduction théâtrale. Elle travaille depuis 1992 au sein de la Maison Antoine Vitez.
Sylvie Mongin-Algan est metteur en scène, membre du collectif Les Trois-Huit installé au Nouveau Théâtre du 8e à Lyon.
Jacques Osinski est metteur en scène et directeur du Centre Dramatique National des Alpes. Il mettra prochainement en scène Le Grenier de Yôji Sakate traduit du japonais par Corinne Atlan.
Sarah Vermande, comédienne formée au Drama Centre London, est venue à la traduction théâtrale par la scène. Elle traduit essentiellement des auteurs britanniques

Le prix des lycéens

Jeudi 28, 16h

Depuis 2004, dans cadre du festival Regards croisés les lycéens élisent leur texte dramatique préféré parmi les pièces lues et discutées en séances de comité de lecture, et viennent défendre leur en choix en public et en présence des invités du festival.
Cette année leur choix portera sur :
Vesna de Gilles Granouillet (Actes Sud-Papiers)
Kaïna Marseille de Catherine Zambon (Actes Sud)
Le jour où Nina Simone a cessé de chanter de Darina al-Joundi et Mohamed Kacimi (Actes Sud)
Encore un jour sans de Samuel Gallet (Espaces 34)
A petites pierres de Gustave Akakpo (Lansman Editeur)
Touched… de Uraula Rani Sarma (inédit)

À la bibliothèque Centre ville…

Le théâtre peut-il être un appel à déserter ?

Mardi 26, 14h30…

à déserter cette sensibilité contemporaine dépressive qui nous englobe, à insuffler de l’air dans l’étouffement ambiant, à examiner les possibilités qu’il nous reste de penser, de voir et vivre autrement.
Pour en parler nous avons conviés trois auteurs issus du département d’écriture dramatique de l’Ecole Supérieure des Arts et Techniques du Théâtre (ENSATT), Marie Dilasser, dont la pièce Écho-système sera lue le mardi 26 à 20h au Théâtre 145, Samuel Gallet, auteur de Encore un jour sans et de Autopsie du Gibier, et Thibault Fayner auteur de la pièce Les Cravates.
Discussion animée par Alice Folco, maître de conférences à l’université Stendhal Grenoble 3.

Les auteurs de langue allemande aujourd’hui

Vendredi 29, 18h30

avec Michel Bataillon et Sylvia Berutti-Ronelt

Le festival Regards croisés consacre la journée du samedi 30 mai à deux auteurs de langue allemande, Anja Hilling pour sa pièce Mon Cœur si jeune si fou et Klaus Händl pour sa pièce Le Charme obscur d’un continent. Cette nouvelle génération d’auteurs se sent-elle en rupture ou en filiation avec ses pairs ? Pour en parler, nous accueillerons Michel Bataillon, dramaturge et traducteur, spécialiste de littérature allemande.

Michel Bataillon est né à La Chaise-Dieu en 1939. Germaniste formé à la Sorbonne et à l’Université Karl-Marx de Leipzig, il est dramaturge et traducteur, spécialiste de littérature allemande. Il a traduit Peter Weiss, Bertolt Brecht, Heiner Müller, Lothar Trolle, Thomas Brasch, Botho Strauss… Il a travaillé dans l’équipe de recherches théâtrales du CNRS avec Denis Bablet et Jean Jacquot, a rejoint Gabriel Garran en 1964 pour fonder le théâtre de la Commune d’Aubervilliers, et a été le collaborateur de Roger Planchon au Théâtre National Populaire de Villeurbanne, de 1972 à 2002. En 2001, il publie aux Editions Marval deux volumes illustrés, consacrés à la décentralisation théâtrale à Lyon de 1950 à 1972 et en 2005 un second ouvrage en trois volumes sur le TNP des années 1972 à 1986. Il prépare un troisième ouvrage sur les années 1986 à 2000. Il assure la présidence de la Maison Antoine Vitez et de la Commission nationale d’aide à la création des œuvres dramatiques.

Silvia Berutti-Ronelt
est née à Vienne en Autriche. Elle étudie la traduction littéraire au Centre Européen de Traduction Littéraire à Bruxelles et la littérature de langue allemande à l’Université Paris 8. Passionnée depuis son adolescence par le théâtre, elle oriente ses traductions de plus en plus dans ce domaine tout en travaillant également comme conseillère littéraire (avec Philippe Van Kessel, Philippe Adrien, Eva Doumbia, Richard Brunel, Christophe Perton, …). Convaincue de l’intérêt du théâtre français contemporain, elle s’investit pour sa diffusion notamment en dirigeant un projet européen de la Comédie de Saint-Etienne et de la Comédie de Valence soutenues par la Convention Théâtrale Européenne pour la traduction et la mise en scène de pièces françaises dans d’autres pays d’Europe. D’autre part, elle traduit elle-même des pièces telles que Six hommes grimpent sur la colline de Gilles Granouillet, Le Groenland, L’Infusion et Désertion de Pauline Sales, Les Gens légers de Jean Cagnard ou Du même ventre de Catherine Anne en allemand. Elle collabore aussi avec Pauline Sales ou d’autres partenaires francophones pour la traduction de pièces allemandes vers le français (Quarantaine de David Gieselmann, Electronic City de Falk Richter, Conduire en Allemagne d’Ulrike Syha, Sens et Tristesse animal noir d’Anja Hilling).