L’information Avril 17

Thursday 13 April 2017

Troisième bureau au Printemps du Livre


Dimanche 9 avril 2017 _ 16h00

Lecture publique,
dans le cadre de la 15e édition du Printemps du Livre de Grenoble
Un partenariat Troisième bureau – Le Printemps du Livre

DÉMÉNAGEMENTS
de Claire Rengade
Éditions Espaces 34, 2013 – Photographies de Sergio Grazia

Avec Claire Rengade, Julien Anselmino, Hélène Gratet, Stéphane Czopek, Sylvie Jobert, Bernard Garnier, avec la participation de Charlotte Tyras et Pauline Garnier, et en compagnie de Etienne Roche, musicien.
Mise en lecture Sylvie Jobert.

Lorsqu’un auteur et un photographe, accompagnés d’acteurs et de musiciens, suivent le déménagement d’habitants d’un quartier pour un autre, cela donne un voyage dans les mots (une pièce de théâtre) et les images (un livre d’art).

Déménagements s’inscrit sur trois années d’observation et de rencontres en suivant le chantier de rénovation urbaine du quartier du Perrier de la ville d’Annemasse en Haute-Savoie, c’est-à-dire en nous mêlant aux déménagements obligatoires d’une partie de la population, relogée dans des bâtiments construits à l’occasion, alors que leurs anciens immeubles seront démolis.
Déménagements, c’est le déplacement des ménages, des voix qui cherchent à retenir un espace intime en mouvement toujours, dans une sorte de programme qu’il faut apprivoiser. Ces voix prennent petit à petit un refrain, comme une chanson de loin qu’on aurait chantée ensemble, mais quand déjà ? Mes textes sont écrits pour la voix. Sergio emporte les décors. Nous proposons une façon d’en faire des histoires qui ne peuvent pas s’écrire sans vous.

Claire Rengade

Autrice, metteuse en scène née en 1971, Claire Rengade dirige la compagnie Théâtre Craie depuis 1996 avec laquelle elle a d’abord créé des textes de Philippe Minyana, Annie Zadek, William Pellier, Nicolas Bouvier et Patrick Kermann. Elle co-traduit et monte trois spectacles à partir de textes alors inédits de Rodrigo Garcia. Elle met ensuite en scène ses propres textes, une douzaine, dont la plupart sont publiés aux éditions Color gang et Espaces 34. Elle écrit également pour la radio, le documentaire, la chanson et le jeune public. Elle coordonne depuis 2010 le festival «Débordement d’auteurs».

Salle Olivier Messiaen
1 Rue du Vieux Temple – Grenoble
Tram B arrêt Notre-Dame – Musée
Entrée libre

L’actualité de la résidence d’écriture d’Antoinette Rychner
Un partenariat Troisième bureau/MC2:Grenoble
avec le soutien du Centre National du Livre


Vendredi 7 avril 2017 _ 16h30

ANTOINETTE RYCHNER AU PRINTEMPS DU LIVRE
Antoinette Rychner participera à un duo avec l’écrivain Serge Joncour dans le cadre de «Je lis donc j’écris»

JE LIS DONC J’ÉCRIS / Vendredi 7 avril / 14 h 30 – 17 h 30
Duos d’écrivains avec Seyhmus Dagtekin, Joël Baqué / Claudine Desmarteau, Bertrand Belin / Antoinette Rychner, Serge Joncour.
Trois dialogues pour explorer les fils qui relient le livre d’un écrivain à ceux des autres, anciens ou contemporains.
Les invités racontent leurs aventures de lecteurs, les rencontres qui ont suscité le désir de l’écriture.

Auditorium du Musée de Grenoble
5 Place de Lavalette – Grenoble
Tram B – Arrêt Musée
Entrée libre

Les 4 et 14 avril 2017 _ 19h

LES « APÉROS » D’ANTOINETTE  #2 ET #3

Afin de faire connaissance avec l’autrice Antoinette Rychner, quoi de mieux que des apéros d’avant spectacle à la « cantine » de la MC2 : Grenoble.
Ces trois rendez-vous seront ponctués de lectures par l’autrice d’extraits de son texte en cours d’écriture.

MC2:Grenoble
4 Rue Paul Claudel – Grenoble
Tram A – Arrêt MC2/Maison de la Culture
Entrée libre

Tumblr Retrouvrez toute l’actualité de la résidence d’Antoinette sur le Tumblr de la résidence

Exploits mortels dans les classes


Marie-Sohna Condé et Léo Ferber, accompagnées de Sylvie Jobert ont réjoui le public interprétant chacune 4 personnages dans la lecture Exploits mortels de Rasmus Lindberg, traduit du suédois par Marianne Ségol-Samoy, en février au Petit Angle.
Cette lecture sera reprise la semaine du 10 au 14 avril pour les élèves des lycées Argouges et Les Eaux Claires à Grenoble et Edouard Hérriot à Voiron, dans le cadre du partenariat avec les établissements Découvertes des écritures théâtrales contemporaines.Avec le soutien de la DRAC Auvergne-Rhône-Alpes, la Région Auvergne-Rhône-Alpes, la Fondation pour la lecture du Crédit Mutuel et la DAAC.
 


La sélection de Troisième bureau


Chaque année le comité de lecture lit plus d’une centaine de pièces. Voici celles que nous avons remarquées cette saison 2016/2017.

Si l’amour n’était pas de Thierry Beucher
Inédit

Ce que nous avons fait de Pascal Brullemans
Lansman éditeur, 2015
Prix Michel Tremblay 2016 de la Fondation du CEAD au Québec

Les Dernières pailles / Retourner l’effondrement tentative 2
de Guillame Cayet, Editions Théâtrales, 2016

Et tout le tremblement de Laurent Cottel
Inédit

Gens du pays de Marc-Antoine Cyr
Inédit

Montag(n)es de Marie Dilasser
Inédit

Comment retenir sa respiration de Zinnie Harris
Traduit de l’anglais par Blandine Pélissier, avec le soutien de la Maison Antoine Vitez
Inédit

Opéra travail de Elisabeth Jacquet
Aide à la création du CNT, mai 2015

L’ennemi intérieur de Marilyn Mattei
Tapuscrit Théâtre Ouvert, 2016

Pomona de Alistair McDowall
Traduit de l’anglais par Jean-Marc Lanteri, avec le soutien de la Maison Antoine Vitez
Inédit

Berlin Sequenz de Manuel Antonio Peirera
Editions Espaces 34, 2017
Inédit

Pronom de Evan Placey
Traduit de l’anglais par Adélaïde Pralon
Inédit

Entre les lignes de Tiago Rodrigues
Traduit du portugais par Thomas Resendes
Inédit

viande en boîte de Ferdinand Schmalz
Traduit de l’allemand (Autriche) par Henri Christophe avec le soutien de la Maison Antoine Vitez
Inédit

Lait Noir ou Voyage scolaire à Auschwitz de Holger Schober
Traduit de l’allemand [Autriche] par Laurent Muhleisen, avec le soutien de la Maison Antoine Vitez
Inédit

Meute/Une légende de Caroline Stella
Inédit

Albertine de Gonçales Waddington
Traduit du portugais par Thomas Quillardet, avec le soutien de la Maison Antoine Vitez
Inédit


A voir


Le 2 avril
Onysos le furieux
D’après un texte de Laurent Gaudé, éd. Actes-Sud, 1997
Mise en scène Karim Troussi
Dans le cadre des Détours de Babel
Musée Dauphinois – Grenoble


Le 2 avril
Le poème arabe est toujours vivant
L’atelier des littératures arabe en mouvement
Proposé par Wissam Arbache
Lectures de poèmes
Institut du Monde Arabe – Paris

Le 8 avril
La véridique histoire du Petit Chaperon Rouge
De Gustave Akakpo, éd. Actes-Sud, 2015
Mise en lecture Comapgnie des Gentils
Dans le cadre du Printemps du Livre de Grenoble
Salle Olivier Messiaen – Grenoble

Les 14 et 15 avril
Cabaret Unabomber
De Zdrava Kamenova, Gergana Dimitrova,éd. L’espace d’un instant, 2015
Traduit du bulgare par Marie Vrinat-Nikolov
Mise en scène Dimitar Uzunov
Le 100 ecs – Paris

L’information de mars 17

Tuesday 4 April 2017

Résidence d’écriture – Antoinette Rychner

La MC2 : Grenoble et le collectif artistique Troisième bureau s’associent pour manifester publiquement leur curiosité et leur intérêt partagés pour les écritures théâtrales d’aujourd’hui en accueillant en résidence, avec le soutien du Centre National du Livre, l’autrice suisse Antoinette Rychner.

>Lundi 13 mars 2017 _ 19h30

Lecture publique

ARLETTE
de Antoinette Rychner
Éditions Les Solitaires Intempestifs, 2017

Avec Léo Ferber, Danièle Klein, Sarah Barrau, Sophie Vaude, Stéphane Czopek, Hélène Gratet, Bernard Garnier, avec la participation d’Émilie Viossat
Lecture dirigée par Sylvie Jobert

Si Arlette est bien réelle, c’est toute la réalité qui l’entoure qui fuit, suinte, grince, glisse et se déplace. Arlette a peur d’arriver en retard pour dire un dernier adieu à son père mourant, mais elle tombe sur sa sœur qui ne sait pas quoi se mettre pour aller au remariage de leur père…
Antoinette Rychner propose face à toutes les virtualités qui nous entourent une situation de théâtre qui met en jeu les réalités concurrentes qui nous habitent. Antoinette créé avec Arlette une voyageuse de la conscience. Elle fabrique un personnage pétri de réel ; sa langue, sa vie, ses rencontres sont uniques et particulières, et pourtant, cette plongée dans un univers parallèle à sa propre vie nous entraîne à nous interroger nous-mêmes : que ferions-nous si nous pouvions revivre quelques instants et refaire mieux ces quelques actes manqués.

Antoinette Rychner, autrice suisse d’expression française, née en 1979 et diplômée de l’Institut Littéraire, pratique des écritures destinées à la scène autant qu’aux livres. Parmi ses pièces publiées on trouve : De mémoire d’estomac (Lansman, 2011) ; Intimité Data Storage (Les Solitaires Intempestifs, 2013) et Arlette (Les Solitaires Intempestifs, 2017). En 2015 paraît son roman Le Prix, chez Buchet Chastel, qui lui vaut le Prix Dentan 2015, et un Prix suisse de littérature 2016. Elle produit également des performances scénico-littéraires.

Le Petit Angle
1, rue Président Carnot à Grenoble
Tram B – Arrêt Sainte-Claire Les Halles
Entrée libre

 

>Vendredi 24 mars 2017 _ 19h

LES « APÉROS » D’ANTOINETTE

Afin de faire connaissance avec l’autrice Antoinette Rychner, quoi de mieux que des apéros d’avant spectacle à la « cantine » de la MC2 : Grenoble.
Ces trois rendez-vous seront ponctués de lectures par l’autrice d’extraits de son texte en cours d’écriture.

MC2:Grenoble
4 Rue Paul Claudel – Grenoble
Tram A – Arrêt MC2/Maison de la Culture
Entrée libre

 


Focus sur la résidence d’écriture d’Antoinette Rychner

> LE PROJET D’ÉCRITURE
Pièces de guerre en Suisse est un projet de trilogie théâtrale. Les trois pièces devraient s’intituler respectivement : Rétablissement de la peine de mort, Les ennemis et Grande paix.

Qu’on parle du rétablissement de la peine de mort, de la peur d’être « envahi » par les migrants qui affluent ou de situations de consumérisme paisible en apparence, la chose explorée travaille toujours autour des représentations de la violence dans l’esprit d’un peuple qui n’a, de fait, pas ou très peu connu de conflits armés, mais dont le pays, n’étant pas aussi étanche que l’appellent à l’être les discours politiques les plus populistes et isolationnistes, participe à générer de la violence dans le monde.
C’est un texte qui va travailler sur les contrastes, les frottements. C’est la Suisse qui sera explorée en priorité, et sa conscience, mais idéalement le texte devrait pouvoir concerner l’Occident dans son ensemble. Il y aura un mélange de particularités suisses et, on l’espère, de dimension universelle.

> LA LECTURE D’ARLETTE
Date : Lundi 13 mars 2017 à 19h30
Lieu : Le Petit Angle

> LES « APÉROS » D’ANTOINETTE
Dates : Vendredi 24 mars, mardi 4 et vendredi 14 avril 2017 à 19h
Lieu : La Cantine / MC2 :Grenoble

> LES « IMPROMPTUS » D’ANTOINETTE
Des moments « surprise » seront offerts au public de la MC2 par de brèves lectures de textes d’Antoinette Rychner.

> ANTOINETTE RYCHNER AU PRINTEMPS DU LIVRE
Antoinette Rychner participera à un duo avec l’écrivain Serge Joncour dans le cadre de «Je lis donc j’écris»
Date : Vendredi 7 avril 2017 à 16h30
Lieu : Auditorium du Musée de Grenoble
(voir programme du Printemps du livre de Grenoble)

> LES RENCONTRES LYCÉENNES

Durant sa résidence, Antoinette Rychner participera à des rencontres avec des classes ayant travaillé sur sa pièce Arlette. ces rencontres se dérouleront dans des établissements de l’Académie de Grenoble dans le cadre d’une collaboration avec le Printemps du livre de Grenoble et la DAAC – Délégation Académique aux Arts et à la Culture.

 

 


L’actualité du Petit Angle

>Lundi 20 mars 2017 _ 19h30

Table ronde « La francophonie dans la littérature »
dans le cadre de la 19e édition du Printemps des poètes
organisé par AéMD (Association des étudiants en master diffusion de la culture)
en partenariat avec la Maison de la Poésie Rhône-Alpes et Troisième bureau

En prenant pour thème « La francophonie dans la littérature », le débat s’inscrit dans les enjeux de cette nouvelle édition du Printemps des poètes. L’événement fait également écho à la Semaine de la langue française et de la francophonie qui s’étend du 18 au 26 mars 2017.

Nous retrouverons Ridha Boulaâbi, maître de conférences et enseignant chercheur à l’Université Grenoble-Alpes en littérature francophone. Ce dernier s’engage dans des projets de dimension internationale en tant que membre associé du Groupe de Recherche Art et Littérature (GRAL), à l’Université de Moulay Ismaïl, Meknès, au Maroc et comme membre du comité scientifique et du comité d’organisation du projet Europe -Maghreb réunissant de multiples universités à Casablanca. Il est notamment l’auteur de l’Orient des langues au XXème siècle, publié aux éditions Geuthner en 2011.
Daniel Lançon, vice-président en charge de la recherche en sciences humaines et sociales à l’Université Grenoble Alpes, prendra également part au débat. Après avoir exercé en tant que chargé de cours en Algérie, en Inde et en Egypte, Daniel Lançon enseigna la littérature française à l’Université Stendhal dès 2007. Actuellement membre de l’unité mixte de recherche “Litt&Arts”, il mène des travaux sur les littératures française et francophones des XIXème et XXème siècles (récits viatiques, littérature d’idées, poésie) dans une perspective socio-historique. Parmi ses récents écrits, il est intéressant de citer Les Français en Egypte, De l’Orient romantique aux modernités arabes publié par Les Presses Universitaires de Vincennes en 2015 dans la collection Littérature Hors Frontière.
Natif de Saint-Louis du Sénégal, Malik Diarra a travaillé comme électro-mécanicien avant de devenir écrivain. En 1996, il écrit L’Enfant de Balacoss, son premier roman qui ne trouve pas d’éditeur au Sénégal et est finalement publié en France par Publibook (2002). Suivent, ancrés dans la philosophie de l’existence, Échos d’un regard lointain (Ed. Publibook 2006) et trois ouvrages chez Menaibuc: Le Chemin de l’oublieux (2009), Echos d’un regard impalpable (2010), ainsi que Le poème de Saint-Louis du Sénégal (Ed. L’Harmattan, 2012).
Malik Diarra est membre du comité P.E.N Club Français dont il est depuis peu le vice-président.

 

>Mardi 21 mars 2017 _ 18h30

Rencontre en présence de l’autrice de Confidences à mon voile
de Nargesse Bibimoune, IS Edition, 2016

Dans le cadre de la Quinzaine contre le racisme et la lutte contre les discriminations de la ville de Grenoble qui se déroulera du 8 au 24 mars 2017, l’association Contrevent et Virus 36 organisent une série d’ateliers et de rencontres afin d’échanger et de comprendre les discriminations croisées (genre/origine/religion)
Militante engagée, fervente défenseure des droits des femmes, Nargesse Bibimoune s’attaque au port du voile, un de ses principaux combats, dans son second livre Confidences à mon voile. « Si je décide de prendre la plume, c’est pour témoigner de ma vie, de ma réalité, de ma lutte quotidienne puisque pendant trop d’années, on m’a confisqué la parole pour décrire ce que je vivais. » Dans un contexte sociétal actuellement sous tension, Confidences à mon voile nous présente le parcours d’une Française qui tente de résister contre les polémiques liées à l’Islam et les préjugés contre les Hijab, burkini ou jilbab…
Tout au long de l’ouvrage, c’est un système entier qui se retrouve disséqué, montrant que le racisme est une mécanique systémique qui tombe d’en haut et broie les gens d’en bas…

Née en 1991, Nargesse Bibimoune est une écrivaine précoce, diplômée en Sciences-politiques et originaire de la banlieue lyonnaise. Elle a été découverte grâce à sa page Facebook – suivie par plus de 20 000 fans – dans laquelle elle narrait les péripéties de « You », le personnage principal de « Dans la peau d’un Thug ».

 

 

Les photos de la lecture Arlette

Wednesday 15 March 2017

tumblr_omtf25Bwuz1w7hbxbo10_500

tumblr_omtf25Bwuz1w7hbxbo9_500

tumblr_omtf25Bwuz1w7hbxbo8_1280

tumblr_omtf25Bwuz1w7hbxbo7_500

tumblr_omtf25Bwuz1w7hbxbo5_500

tumblr_omtf25Bwuz1w7hbxbo4_500

tumblr_omtf25Bwuz1w7hbxbo3_1280

tumblr_omtf25Bwuz1w7hbxbo2_500

tumblr_omtf25Bwuz1w7hbxbo1_500

L’information de février 17

Friday 3 March 2017

L’actualité de Troisième bureau


Lundi 13 février 2017 _ 19h30

Lecture publique de

EXPLOITS MORTELS
de Rasmus Lindberg
Traduit du suédois par Marianne Ségol-Samoy
Avec le soutien du Swedish Arts Council

Avec Marie-Sohna Condé et Léo Ferber
Mise en lecture Sylvie Jobert

Joséphine pète un plomb, sort du restaurant où elle était réunie avec sa famille pour l’anniversaire de sa mère, et se fait écraser…
De fils en aiguilles nous remontons sur la folle soirée qui a conduit à cet acte. Ce fait divers est reconstitué par deux actrices au sortir d’une répétition, témoins de l’accident. Elles jouent tous les personnages, protagonistes du drame et l’on découvre que frère et sœur se détestent, que la tante est insupportable, que la mère est une éternelle insatisfaite, que le père est blasé, que les enfants ont jusqu’à présent raté leur vie… Et l’on assiste à une grande scène de famille avec couteaux sur la table.

Né en 1980 Rasmus Lindberg se forme en tant que metteur en scène à l’Ecole Supérieure des Arts du spectacle de Stockholm. Parallèlement, il écrit des pièces de théâtre. Le Mardi où Morty est mort est traduite dans 5 langues et a été crée en France en 2013 au Fracas-CDN de Montluçon dans une mise en scène de François Rancillac. Ses pièces sont publiées aux éditions Espaces 34. Depuis 2008 il est auteur et metteur en scène associé du Norrbottensteater à Luleå. Il est également professeur de mise en scène au conservatoire national supérieur de Luleå.

Marianne Ségol-Samoy est traductrice de pièces de théâtre et de littérature suédoises. Elle traduit des auteurs de théâtre comme Sara Stridsberg, Jonas Hassen Khemiri, Suzanne Osten, Rasmus Lindberg… et des auteurs de romans comme Henning Mankell, P.O Enquist, Katarina Mazetti, Astrid Lindgren. Depuis 2013, elle coordonne le comité nordique de la Maison Antoine Vitez. Elle est cofondatrice avec Karin Serres de LABO/07, réseau d’écritures théâtrales internationales d’aujourd’hui.

Le Petit Angle
1, rue Président Carnot à Grenoble
Tram B – Arrêt Sainte-Claire Les Halles
Entrée libre


Jeudi 16 février 2017 _ 19h30

Lecture publique de

CE QUI ARRIVA QUAND NORA QUITTA SON MARI
d’Elfriede Jelinek
L’Arche éditeur, 1993
Traduit de l’allemand par Louis-Charles Sirjacq

Avec Sarah Barrau, Thierry Blanc, Marie-Sohna Condé, Stéphane Czopek, Léo Ferber, Bernard Garnier, Hélène Gratet, Geoffroy Pouchot-Rouge-Blanc et la participation de Pauline Bouchet et Julie Valero.
Mise en lecture Léo Ferber.

Dans le cadre de sa collaboration avec le collectif Troisième bureau, l’université Grenoble Alpes accueille, pour la deuxième année consécutive, une mise en voix d’un “classique contemporain”. Après La Demande d’emploi de Michel Vinaver l’an dernier, nous proposerons cette année une pièce de l’autrice autrichienne, Elfriede Jelinek.

Ecrite en 1979, Ce qui arriva quand Nora quitta son mari est la toute première pièce de théâtre d’Elfriede Jelinek et se présente comme une suite de la pièce du norvégien Henrik Ibsen, Maison de poupée.

Après avoir claqué la porte de son foyer, Nora aspire à sa “réalisation personnelle” en se faisant embaucher dans une usine : “J’étais un objet, j’ai voulu devenir sujet sur mon lieu de travail. Peut-être puis-je, par mon simple aspect, apporter un nouveau rayon de soleil dans ce triste atelier d’usine“. Ainsi, loin de porter un élan féministe ou d’incarner la femme libérée, Nora se trouve rapidement réduite à ce qu’elle a toujours été : un objet de désir, une valeur-marchandise prise dans les impératifs d’une économie de marché sans scrupules. Par là, l’autrice met magistralement en lumière les rapports hommes-femmes au sein d’une société régie par l’économique. La crudité de sa langue, la force des personnages en font une œuvre dramatique incontournable du XXe siècle.

Elfriede Jelinek est née en Autriche. Elle étudie la musique, le théâtre et l’histoire de l’art à Vienne et en 1967, interrompt ses études pour se consacrer à l’écriture. Sa première pièce de théâtre, Ce qui arriva quand Nora quitta son mari ou les piliers de la société est mise en scène à Graz en 1979. En France, Elfriede Jelinek est surtout connue pour ses romans, Les Amantes, Die KlavierspielerinLa Pianiste – adapté au cinéma par Michael Haneke en 2001 – et Lust. Elle est volontiers comparée à son compatriote Thomas Bernhard. À l’instar de ce dernier, elle ne cesse de dénoncer les tares d’une société engoncée dans ses conformismes et négligente envers son passé.

Louis-Charles Sirjacq est né à Rennes. Traducteur de plusieurs auteurs notamment Wedekind, Brecht, Jelinek, Eugène O’Neill, David Hare ou encore Lee Hall, sa première pièce, Il Salto mortale, est créée au Festival d’Automne par Jean-Marie Patte. Il participe à l’écriture de scénarios pour le cinéma et la télévision. Il est l’auteur d’un roman intitulé Comment j’ai tué mon chat.

Amphidice
1361, rue des Résidences
38400 Saint-Martin-d’Hères
Tram B / C arrêt Condillac – Universités.
Entrée libre

En partenariat avec l’Université Grenoble Alpes, le Département Arts du spectacle de l’UFR LLASIC, le Service culture de la Communauté Université Grenoble Alpes, Un Tramway Nommé Culture, L’Amphidice.


L’information d’octobre 16

Thursday 2 February 2017

Cette saison, le collectif Troisième bureau propose un cycle de lectures de textes d’autrices et d’auteurs contemporains tous les deuxièmes lundis de chaque mois d’octobre 2016 à mars 2017 à 19h30 au Petit Angle. Pour ce premier rendez-vous, organisé en collaboration avec le Département Arts du spectacle de l’Université Grenoble Alpes, nous recevons l’auteur québécois Marc-Antoine Cyr.

Lecture publique
Lundi 10 octobre à 19h30

Ceux qui manquent (empreintes)
de Marc-Antoine Cyr (France/Québec)

Avec Marie-Sohna Condé, Stéphane Czopek, Danièle Klein, Dominique Laidet,
Geoffroy Pouchot-Rouge-Blanc.
Mise en lecture Léo Ferber

Romain s’occupe de son père. Cherche un meilleur boulot. Arrive en retard aux soirées qu’organise Héloïse. Magasine parfois des chaussures. Marche parmi les autres, dans la ville grise. Dehors, les rues sont pleines de gens en colère. Pour Romain, tout irait mieux si sa mère n’était pas revenue vivre depuis quelque temps dans son armoire. Sa mère qui était morte, normalement.

La lecture sera suivie d’une rencontre avec l’auteur, animée par Pauline Bouchet.

Marc-Antoine Cyr naît à Montréal en 1977. Diplômé de l’École nationale de théâtre du Canada, il signe une quinzaine de textes dramatiques, tant pour le grand public que pour les enfants. Son travail a été soutenu par le Centre National du Livre et distingué par le Centre National du Théâtre. Il a été accueilli en résidence à Limoges, Strasbourg, Villepinte, Saint-Antoine-l’Abbaye, Grenoble, Quimper, Mexico et Beyrouth. Ses textes sont publiés aux éditions Quartett, Lansman et Théâtrales.

Pauline Bouchet est enseignante-chercheure, maître de conférences en Arts du spectacle à l’Université Grenoble Alpes, spécialiste des dramaturgies québécoises.
Cette soirée est organisée par le Collectif artistique Troisième bureau en collaboration avec l’Université Grenoble Alpes et en partenariat avec la librairie Le Square.

Le Petit Angle
1, rue Président Carnot à Grenoble / Tram B – Arrêt Sainte-Claire Les Halles
Entrée libre

Renseignements :
04 76 00 12 30 ou www.troisiemebureau.com

Prochain rendez-vous lecture lundi 14 novembre

L’information de janvier 17

Tuesday 31 January 2017

Lectures partenaires…

Partenariat avec les Bibliothèques de Grenoble
Le 14 janvier _ 19h>22h _ Bibliothèque Centre Ville

LES LECTURES INTERDITES
Au prétexte qu’elle attente aux « bonnes mœurs », à « la morale publique » ou qu’elle dérange les pouvoirs politiques ou religieux, la littérature a toujours subi la censure et les interdits. A l’occasion de cette première Nuit de la Lecture organisée à l’initiative du ministère de la Culture, redécouvrez quelques-uns de ces textes devenus des classiques ou restés méconnus, choisis et lus par les comédiens du collectif Troisième bureau et les bibliothécaires.

VOS TEXTES INTERDITS
Qui ne s’est délecté de la lecture illicite, d’un livre trouvé au plus haut de la bibliothèque, au
fond de la cave, ou caché dans la chambre des parents ? Livrez-nous vos souvenirs personnels de « lectures interdites ». Une sélection de vos textes sera lue par des comédiens.
Envoyer vos suggestions de textes jusqu’au 9 janvier à :info@bm-grenoble.fr

A LA MI-TEMPS
A la mi-temps de la Nuit, le public et les lecteurs partageront quelques agapes et leurs souvenirs personnels de « lectures interdites ». La Ville de Grenoble vous invite à partager une collation agrémentée de vos « fruits défendus » (apportez un dessert).

LA VOIX DE ASLI ERDOGAN
Cette soirée sera ponctuée de lectures qui feront entendre la langue, les mots, la voix de Asli Erdogan, romancière turque, journaliste et militante pour les droits de l’homme, arrêtée
le 17 août 2016 par le régime turc à cause de ses écrits.

Renseignements au 04 38 37 02 02 et sur www.bm-grenoble.fr


Partenariat avec l’association APARDAP
Le 26 janvier _ 18h30 _ Bibliothèque Centre ville

LA RÉPUBLIQUE À L’ÉPREUVE (2ème partie)

Une lecture publique suivie d’un échange

Aujourd’hui comme hier, la République est mise à l’épreuve.
Cette lecture est la quatrième séquence d’un ensemble intitulé « Mémoire et présence de la République » dont les deux premières ont retracé l’héritage des Lumières et de la Révolution et la troisième, les épisodes tragiques ainsi que les avancées de la première moitié du XXème siècle. Cette nouvelle lecture nous conduira de la décolonisation à nos jours, à travers textes, discours, poèmes et chansons.

Les textes sont choisis par l’APARDAP (Association de Parrainage Républicain des Demandeurs d’Asile et de Protection) ; les lecteurs sont des demandeurs d’asile et des bénévoles de l’association. Cette manifestation, préparée en partenariat avec le collectif Troisième bureau, s’inscrit dans le programme « Initiation républicaine » proposée aux migrants qu’accompagne l’association.

Les Rendez-vous 2017

Thursday 26 January 2017

Lundi 16 janvier _ 19h30

Lecture publique en présence de l’auteur

L’AFFAIRE HARRY CRAWFORD
de Lachlan Philpott (2013)
Traduit de l’anglais (Australie) par Gisèle Joly (2016)
Avec le soutien de la Maison Antoine Vitez

Avec Grégory Faive, Léo Ferber, Clara Jolfre, Danièle Klein, Dominique Laidet, Sophie Vaude

Mise en lecture Sylvie Jobert

La lecture sera suivie d’une rencontre avec l’auteur et la traductrice, animée par Séverine Ruset.

HarryL’Affaire Harry Crawford est inspirée du destin tragique d’Eugénie Falleni dont le «démasquage» défraya la chronique en Australie. Elle vécut vingt-deux ans sous l’apparence d’un homme et l’identité de Harry Crawford avant d’être reconnue coupable, en 1920, du meurtre de sa première épouse, Annie Birkett, malgré l’absence de preuves concluantes, et condamnée à la peine de mort.
La pièce nous fait assister aux derniers mois de la vie d’Annie Birkett et Harry Crawford à Sydney en 1917.

Lachlan Philpott est Australien et vit à Sydney. Sa première pièce, Bison, s’est jouée pendant plusieurs saisons à guichets fermés à Adélaïde, Belfast, Londres, Melbourne et Sydney. C’est un auteur qui sait remarquablement traiter les rôles féminins et qui s’intéresse particulièrement aux relations entre parents et enfants. Très demandé comme enseignant, conseiller et dramaturge, Lachlan Philpott a écrit des scénarios pour de nombreuses campagnes d’Amnesty International, et a exercé les fonctions de conseiller littéraire associé à l’Australian Theatre for Young People. En 2014, The Trouble With Harry a remporté plusieurs prix et été nominée pour les New South Wales Premier’s Literary Awards.

Comédienne et traductrice de l’anglais, Gisèle Joly est membre du comité anglais de la Maison Antoine Vitez. Elle a traduit, seule ou à plusieurs, des textes de Peter Barnes, Douglas Maxwell, Richard Bean, Alan Bennett, debbie tucker green, Mark Ravenhill, Nicola Wilson… et avec Séverine Magois, Harold Pinter et John Osborne.

Séverine Ruset est enseignante chercheuse, maître de conférences en Arts du spectacle à l’Université Grenoble Alpes, spécialiste des dramaturgies anglaises contemporaines.

Le Petit Angle
1, rue Président Carnot à Grenoble
Tram B – Arrêt Sainte-Claire Les Halle
Entrée libre

 


Lundi 13 février 2017 _ 19h30

Lecture publique de

EXPLOITS MORTELS
de Rasmus Lindberg
Traduit du suédois par Marianne Ségol-Samoy
Avec le soutien du Swedish Arts Council

Avec Marie-Sohna Condé et Léo Ferber
Mise en lecture Sylvie Jobert

Joséphine pète un plomb, sort du restaurant où elle était réunie avec sa famille pour l’anniversaire de sa mère, et se fait écraser…
De fils en aiguilles nous remontons sur la folle soirée qui a conduit à cet acte.
Ce fait divers est reconstitué par deux actrices au sortir d’une répétition, témoins de l’accident. Elles jouent tous les personnages, protagonistes du drame et l’on découvre que frère et sœur se détestent, que la tante est insupportable, que la mère est une éternelle insatisfaite, que le père est blasé, que les enfants ont jusqu’à présent raté leur vie…
Et l’on assiste à une grande scène de famille avec couteaux sur la table.

lindbergNé en 1980 Rasmus Lindberg se forme en tant que metteur en scène à l’Ecole Supérieure des Arts du spectacle de Stockholm. Parallèlement, il écrit des pièces de théâtre. Le Mardi où Morty est mort est traduite dans 5 langues et a été crée en France en 2013 au Fracas-CDN de Montluçon dans une mise en scène de François Rancillac. Ses pièces sont publiées aux éditions Espaces 34. Depuis 2008 il est auteur et metteur en scène associé du Norrbottensteater à Luleå. Il est également professeur de mise en scène au conservatoire national supérieur de Luleå.

Marianne Ségol-Samoy est traductrice de pièces de théâtre et de littérature suédoises. Elle traduit des auteurs de théâtre comme Sara Stridsberg, Jonas Hassen Khemiri, Suzanne Osten, Rasmus Lindberg… et des auteurs de romans comme Henning Mankell, P.O Enquist, Katarina Mazetti, Astrid Lindgren. Depuis 2013, elle coordonne le comité nordique de la Maison Antoine Vitez. Elle est cofondatrice avec Karin Serres de LABO/07, réseau d’écritures théâtrales internationales d’aujourd’hui.

Le Petit Angle
1, rue Président Carnot à Grenoble
Tram B – Arrêt Sainte-Claire Les Halle
Entrée libre


Jeudi 16 février 2017 _ 19h30

Lecture publique de

CE QUI ARRIVA QUAND NORA QUITTA SON MARI
d’Elfriede Jelinek
L’Arche éditeur, 1993
Traduit de l’allemand par Louis-Charles Sirjacq

Avec Sarah Barrau, Thierry Blanc, Marie-Sohna Condé, Stéphane Czopek, Léo Ferber, Bernard Garnier, Hélène Gratet, Geoffroy Pouchot-Rouge-Blanc et la participation de Pauline Bouchet et Julie Valero.
Mise en lecture Léo Ferber.

Dans le cadre de sa collaboration avec le collectif Troisième bureau, l’université Grenoble Alpes accueille, pour la deuxième année consécutive, une mise en voix d’un “classique contemporain”. Après La Demande d’emploi de Michel Vinaver l’an dernier, nous proposerons cette année une pièce de l’autrice autrichienne, Elfriede Jelinek.

Ecrite en 1979, Ce qui arriva quand Nora quitta son mari est la toute première pièce de théâtre d’Elfriede Jelinek et se présente comme une suite de la pièce du norvégien Henrik Ibsen, Maison de poupée.

NoraAprès avoir claqué la porte de son foyer, Nora aspire à sa “réalisation personnelle” en se faisant embaucher dans une usine : “J’étais un objet, j’ai voulu devenir sujet sur mon lieu de travail. Peut-être puis-je, par mon simple aspect, apporter un nouveau rayon de soleil dans ce triste atelier d’usine“. Ainsi, loin de porter un élan féministe ou d’incarner la femme libérée, Nora se trouve rapidement réduite à ce qu’elle a toujours été : un objet de désir, une valeur-marchandise prise dans les impératifs d’une économie de marché sans scrupules. Par là, l’autrice met magistralement en lumière les rapports hommes-femmes au sein d’une société régie par l’économique. La crudité de sa langue, la force des personnages en font une œuvre dramatique incontournable du XXe siècle.

Elfriede Jelinek 2011Elfriede Jelinek est née en Autriche. Elle étudie la musique, le théâtre et l’histoire de l’art à Vienne et en 1967, interrompt ses études pour se consacrer à l’écriture. Sa première pièce de théâtre, Ce qui arriva quand Nora quitta son mari ou les piliers de la société est mise en scène à Graz en 1979. En France, Elfriede Jelinek est surtout connue pour ses romans, Les Amantes, Die KlavierspielerinLa Pianiste – adapté au cinéma par Michael Haneke en 2001 – et Lust. Elle est volontiers comparée à son compatriote Thomas Bernhard. À l’instar de ce dernier, elle ne cesse de dénoncer les tares d’une société engoncée dans ses conformismes et négligente envers son passé.

Louis-Charles Sirjacq est né à Rennes. Traducteur de plusieurs auteurs notamment Wedekind, Brecht, Jelinek, Eugène O’Neill, David Hare ou encore Lee Hall, sa première pièce, Il Salto mortale, est créée au Festival d’Automne par Jean-Marie Patte. Il participe à l’écriture de scénarios pour le cinéma et la télévision. Il est l’auteur d’un roman intitulé Comment j’ai tué mon chat.

Amphidice
1361, rue des Résidences
38400 Saint-Martin-d’Hères
Tram B / C  arrêt Condillac – Universités.
Entrée libre

En partenariat avec l’Université Grenoble Alpes, le Département Arts du spectacle de l’UFR LLASIC, le Service culture de la Communauté Université Grenoble Alpes, Un Tramway Nommé Culture, L’Amphidice.


Lundi 13 mars 2017 _ 19h30

Dans le cadre de la résidence d’écriture d’Antoinette Rychner, en partenariat avec la MC2:Grenoble et soutenue par le CNL
Lecture publique de

ARLETTE
de Antoinette Rychner
Éditions Les Solitaires Intempestifs, 2017

Avec Léo Ferber, Danièle Klein, Sarah Barrau, Sophie Vaude, Stéphane Czopek, Hélène Gratet, Bernard Garnier.
Lecture dirigée par Sylvie Jobert

Si Arlette est bien réelle, c’est toute la réalité qui l’entoure qui fuit, suinte, grince, glisse et se déplace. Arlette a peur d’arriver en retard pour dire un dernier adieu à son père mourant, mais elle tombe sur sa sœur qui ne sait pas quoi se mettre pour aller au remariage de leur père…


Antoinette Rychner propose face à toutes les virtualités qui nous entourent une situation de théâtre qui met en jeu les réalités concurrentes qui nous habitent. Antoinette créé avec Arlette une voyageuse de la conscience. Elle fabrique un personnage pétri de réel ; sa langue, sa vie, ses rencontres sont uniques et particulières, et pourtant, cette plongée dans un univers parallèle à sa propre vie nous entraîne à nous interroger nous-mêmes : que ferions-nous si nous pouvions revivre quelques instants et refaire mieux ces quelques actes manqués.

Antoinette Rychner, auteure suisse d’expression française, née en 1979 et diplômée de l’Institut Littéraire, pratique des écritures destinées à la scène autant qu’aux livres. Parmi ses pièces publiées on trouve : De mémoire d’estomac (Lansman, 2011) ; Intimité Data Storage (Les Solitaires Intempestifs, 2013). En 2015 paraît son roman Le Prix, chez Buchet Chastel, qui lui vaut le Prix Dentan 2015, et un Prix suisse de littérature 2016. Elle produit également des performances scénico-littéraires.

Le Petit Angle
1, rue Président Carnot à Grenoble
Tram B – Arrêt Sainte-Claire Les Halle
Entrée libre


Dimanche 9 avril 2017 _ 17h00

Dans le cadre de la 15ème édition du Printemps du livre de Grenoble
Lecture publique de

DÉMÉNAGEMENTS
de Claire Rengade
Éditions Espaces 34, 2013

Avec Claire Rengade, Julien Anselmino, Hélène Gratet, Stéphane Czopek, Sylvie Jobert, Bernard Garnier, en compagnie de Etienne Roche, musicien
Mise en lecture Sylvie Jobert.

Lorsqu’un auteur et un photographe, accompagnés d’acteurs et de musiciens, suivent le déménagement d’habitants d’un quartier pour un autre, cela donne un voyage dans les mots (une pièce de théâtre) et les images (un livre d’art).

Déménagements s’inscrit sur trois années d’observation et de rencontres en suivant le chantier de rénovation urbaine du quartier du Perrier de la ville d’Annemasse en Haute-Savoie, c’est-à-dire en nous mêlant aux déménagements obligatoires d’une partie de la population, relogée dans des bâtiments construits à l’occasion, alors que leurs anciens immeubles seront démolis.
Déménagements, c’est le déplacement des ménages, des voix qui cherchent à retenir un espace intime en mouvement toujours, dans une sorte de programme qu’il faut apprivoiser. Ces voix prennent petit à petit un refrain, comme une chanson de loin qu’on aurait chantée ensemble, mais quand déjà ? Mes textes sont écrits pour la voix. Sergio emporte les décors. Nous proposons une façon d’en faire des histoires qui ne peuvent pas s’écrire sans vous.

Claire Rengade

Auteur metteur en scène née en 1971, Claire Rengade dirige la compagnie Théâtre Craie depuis 1996 avec laquelle elle a d’abord créé des textes de Philippe Minyana, Annie Zadek, William Pellier, Nicolas Bouvier et Patrick Kermann. Elle co-traduit et monte trois spectacles à partir de textes alors inédits de Rodrigo Garcia. Elle met ensuite en scène ses propres textes, une douzaine, dont la plupart sont publiés aux éditions Color gang et Espaces 34. Elle écrit également pour la radio, le documentaire, la chanson et le jeune public. Elle coordonne depuis 2010 le festival « Débordement d’auteurs ».

Salle Olivier Messiaen
1 Rue du Vieux Temple –  Grenoble
Tram B arrêt Musée
Entrée libre


 

et l’on se retrouve pour la 17e édition


du festival Regards croisés

du 17 au 22 mai 2017

au Nouveau Théâtre Sainte Marie d’en Bas

En 2016 Troisième Bureau a organisé

Wednesday 18 January 2017

Lundi 25 janvier à 19h30 au Petit Angle

Lecture musicale

Étincelles (Scintille) de Laura Sicignano

traduit de l’italien par Juliette Gheerbrant
Le texte a reçu l’aide à la création du CNT

La pièce parle de l’incendie qui ravagea un atelier de confection dans un immeuble de New-York le 25 mars 1911 faisant 146 victimes parmi les ouvrières.

Laura Sicignano a écrit cette pièce de Théâtre-récit pour une actrice seule en scène à qui elle confie les récits de plusieurs personnages.

Avec Léo Ferber accompagnée en musique par Laurent Buisson
Direction de lecture Claire Semet


 

 

Mercredi 17 février à 19h30 à l’Amphidice
Lecture en scène de

La Demande d’emploi
de Michel Vinaver, L’Arche Éditeur, 1997

Avec Stéphane Czopek, Grégory Faive, Charlène Girin, Danièle Klein
Lecture dirigée par Florent Barret-Boisbertrand

Au chômage depuis trois mois, un directeur des ventes cherche un nouvel emploi. En même temps qu’il se plie à des questionnaires réglés comme des machines infernales, il affronte sa fille, “gauchisante”, et sa femme, qui supporte mal la perte d’un cadre de vie sécurisant.
Aujourd’hui encore le chômage déploie ses effets destructeurs. Michel Vinaver connaît bien le monde de l’entreprise autant que celui de la dramaturgie. « Il y a porosité, écrit-il de La Demande d’emploi, entre les cellules professionnelles et familiales. Porosité entre l’homme et le monde. Entre le monde et l’homme le courant passe si mal que “c’est comique”. Mes pièces sont des comédies. »

Michel Vinaver, né en 1927 à Paris, est dramaturge et écrivain. Il a été pendant près de 30 ans cadre supérieur, puis directeur général de Gillette, en poursuivant son travail d’écriture. Sa première pièce, Les Coréens, est créée en 1956 par Roger Planchon. D’autres pièces suivront – Par-dessus bord, La Demande d’emploi, Dissident il va sans dire, Les Travaux et les Jours, 11 septembre 2001… Il a été professeur dans le département d’études théâtrales de Paris III puis Paris VIII. Il a reçu le prix Fénéon en 1950, le prix de la SACD en 2004, le Grand prix du Théâtre de l’Académie française pour l’ensemble de son œuvre en 2006 et en 2015 le Grand prix de littérature dramatique pour Bettencourt Boulevard, une histoire de France. Ses textes sont publiés chez l’Arche. La Demande d’emploi sera joué à la Comédie Française du 26 mai au 3 juillet 2016 dans une mise en scène de Gilles David.

L’Amphidice



Pour la 14e édition du Printemps du Livre de Grenoble,
Troisième bureau invite le public à la lecture de

Je te regarde
de Alexandra Badea
L’Arche éditeur, 2015

Lecture dirigée par Sylvie Jobert avec Stephane Czopek, Chloé Schmutz, Ludovic Payet, Laurie Brunet, Bernard Garnier, Leo Ferber, Cécile Corbery

Dans un univers d’anticipation – et qui pourtant ressemble déjà à notre réalité quotidienne – quatre personnages cherchent un sens à leur vie à l’heure où les rapports humains ne s’expérimentent plus qu’à travers les réseaux sociaux, webcams, caméras de surveillance, logiciels de géolocalisation et autres applications internet.
Dans les couloirs d’une prison, au bureau, dans la rue, à l’aéroport, la surveillance est partout. Mais que se passe-t-il quand l’esprit n’arrive plus à se déconnecter ?
Je te regarde explore les connexions en tout genre, où l’humain lâche prise derrière le mécanique, le standardisé, le globalisé.

La lecture sera suivie d’une rencontre avec l’autrice.

Le dimanche 3 avril 2016 à 16H00
Salle Olivier Messiaen – Grenoble

Entrée libre

Alexandra Badea est née en 1980 en Roumanie, elle est autrice, metteuse en scène et scénariste. Elle a suivi une formation de metteur en scène à l’École Nationale Supérieur d’Art Dramatique et Cinématographique Ion Luca Caragiale de Bucarest. Elle met en scène, aussi bien en France qu’en Roumanie des textes de Mihaela Michailov, Nicoleta Esinencu… Elle a créé ses propres textes Contrôle d’identité et Mode d’emploi, primées aux journées de Lyon des auteurs de théâtre. Elle a reçu le grand prix de littérature dramatique 2013 pour son deuxième livre Pulvérisés. Ses textes de théâtre et roman sont édités aux éditons de l’Arche.

 

 


Résidences d’écrivains
affirmer la place des auteurs dans les théâtres

grâce au soutien du Centre National du Livre,
deux résidences auront lieu de la mi-février à la mi-mai 2016

Troisième bureau, la MC2 : Grenoble et le Tricycle travaillent mutuellement à la présence des auteurs et des écritures dramatiques d’aujourd’hui dans les théâtres et dans la ville par la mise en œuvre de résidences d’écrivains.

L’écriture de Julie Aminthe se donne comme mission de réinterroger ce qui déclenche le rire chez nous et plus précisément la place de la comédie. Il y a chez Julie Aminthe un véritable souci de prendre la tangente et de regarder le monde par un bout dont nous n’avons pas l’habitude, et ce en commençant par dépoussiérer avec force un espace dramatique qui s’est éteint dans les comédies féroces de Feydeau.

Après un Master Sciences Humaines et Sociales mention Philosophie, Julie Aminthe intègre le Conservatoire d’Art Dramatique de Toulon. C’est à cette période qu’elle commence à se consacrer à l’écriture-pour-le-théâtre. de 2008 à 2011, elle est élève à l’ENSATT au département d’écriture dramatique dirigé par Enzo Cormann. Ses textes ont été mis en scène par Philippe Delaigue, Olivier Maury et Frédéric Borie. En 2012, elle reçoit les encouragements du CNT pour sa pièce Une famille aimante mérite de faire un vrai repas

La résidence de Julie Aminthe sera portée plus spécifiquement par le Tricycle et le collectif Troisième bureau.

L’écriture de Nicoleta Eisnencu est une écriture furieuse et saccadée, à mi-chemin entre la poésie et le récit, les voix s’entremêlent et s’entrechoquent pour reconstituer les fragmentes de notre histoire que l’on croit parfois connaître et dont pourtant nous en avons oublié les détails. Son processus de travail rassemble en son sein deux grandes esthétiques de l’histoire du théâtre : celle du mouvement in your face anglo-saxon et celui du théâtre documentaire tel que l’ont pensé Erwin Piscator et Peter Weiss.

Née en 1978 en Moldavie, Nicoleta Esinencu représente un courant dramaturgique très manifeste en Europe de l’Est où des auteurs jeunes s’exprimant dans une société en mutation n’ont plus besoin de dissimuler ce qu’ils ont à dire.
Les œuvres de Nicoleta Esinencu sont jouées en Europe. Elle a été titulaire d’une bourse d’études à Stuttgart en 2003 puis en 2005. Elle a été invitée en résidence d’auteur en 2006 au Centre International d’Accueil et d’Échanges des Récollets. En 2010, Nicoleta Esinencu a ouvert à Chisinau le Teatru-spalatorie (Le Théâtre-laverie), où elle met ses textes en scène et programme ceux d’autres jeunes auteurs.

La résidence de Nicoleta Eisnencu sera portée plus spécifiquement par la MC2:Grenoble et le collectif Troisième bureau.

En accueillant des auteur-e-s en résidence, les trois structures souhaitent contribuer à la naissance d’écritures dramatiques sans la contrainte d’une commande, œuvrer à leur représentation sur nos scènes et ailleurs et permettre la rencontre avec leurs auteur-e-s.
Moins repérées car méconnues, les écritures théâtrales contemporaines nécessitent une démarche d’accompagnement auprès des publics. Pour faire découvrir que tous les auteurs de théâtre ne sont pas morts et que le langage qu’ils portent dans leurs écritures est en phase avec notre époque et avec nos interrogations.


Lecture estivale

Dans le cadre de la 13e édition du festival Textes en l’air,
Troisième bureau présente la
Lecture musicale

Étincelles (Scintille) de Laura Sicignano

traduit de l’italien par Juliette Gheerbrant
Le texte a reçu l’aide à la création du CNT

Avec Léo Ferber accompagnée en musique par Laurent Buisson
Direction de lecture Claire Semet

La pièce parle de l’incendie qui ravagea un atelier de confection dans un immeuble de New-York le 25 mars 1911 faisant 146 victimes parmi les ouvrières.

Laura Sicignano a écrit cette pièce de Théâtre-récit pour une actrice seule en scène à qui elle confie les récits de plusieurs personnages.

Jeudi 28 juillet à 15h
Salon aux gypseries / Saint-Antoine-L’Abbaye
Tarif unique : 5€
Renseignements : 04 76 36 29 22 ou infos@textesenlair.net
04 76 00 12 30 ou www.troisiemebureau.com

Ateliers d’écritures

Sunday 6 March 2016

Ce que cache mon langage,
mon corps le dit

>> Atelier d’écriture avec Julie Aminthe et Jérémie Fabre

Cette année, le festival  de participer gratuitement à deux ateliers d’écriture sur le thème de “Corps au travail” animés par les auteurs Julie Aminthe et Jérémie Fabre.

 

 

À partir d’une série de photographies représentant, de manière singulière et décalée, des hommes et des femmes au travail, et nous entendons par travail toutes formes d’activité physique régulière :

Nous aiguiserons notre regard
– Qu’est-ce que l’on voit objectivement ?
– Et toi, avec tes yeux à toi, ta sensibilité à toi, ton vécu à toi, qu’est-ce que tu vois ?

Nous stimulerons notre imaginaire
– Que se passe-t-il d’après vous sur cette photo ? Quelle est la situation ?
– Moi je me raconte ça.
– Et moi ça.
– Et moi ça !
– Comme quoi d’une même image peuvent découler mille récits divers.

Puis nous tenterons de mettre en mots ce que ces corps auraient à dire s’ils pouvaient parler.
Car c’est aussi cela la force de l’écriture : donner la parole à ceux qui ne l’ont pas / plus.

 

Jeudi 19 et 26 mai de 14h à 16h
8, place Saint-Bruno à Grenoble

Inscription obligatoire à la Bibliothèque Saint Bruno
Contact : Rachel Divisia <rachel.divisia@bm-grenoble.fr>

 

10bmtexte en l'air

Laura Tirandaz – Le contexte menant à l’écriture

Sunday 6 March 2016

Martina de Laura Tirandaz
Dans quelle mesure vos études mais aussi vos lectures, vos rencontres, les hasards, vous ont conduits à écrire du théâtre ?

Détails de la vidéo
Langue : français
Durée : 1 minutes 32 secondes
Lieu : Grenoble / Le Petit Angle
Entretien réalisé par Magali Mougel.
Copyright : theatre-contemporain.net / Festival Regards Croisés

Entretien avec L.Tirandaz

 

 

 

 

 



Entretien avec T. Howalt

P.Henry

Entretien avec Pascale Henry

Destremau

Entretien avec E.Destremau

Esinencu

Entretien avec N. Esinencu

Aminthe

Entretien avec Julie Aminthe