Belive

Cahier de texte de …
BELIVE
de Milène Tournier [France]

Dans une petite ville portuaire, il y a une abbaye et un pont. Du côté de l’abbaye, la jeune Belive qui se prédestine à Dieu aime les papillons et les petites fleurs. Côté pont, il s’effondre le 21 août 2018, entraînant la mort du jeune Vincent. Son père Pierre s’emmure dans le phare du port. Son frère Tristan se réfugie dans le monde virtuel des jeux vidéo. Même la résilience légendaire de sa mère Eliane en prend un coup. La famille est au bord de l’implosion, entre la main tendue de la mère à son mari dépressif et l’adolescence attristée de Tristan que les séances chez la psy n’illuminent guère. Mais le salut pourrait venir de l’Abbaye, enfin… Tristan veut se venger de Dieu d’avoir pris son frère Vincent. Il communique alors l’ivresse de l’amour à Belive qui croit tout, trop vite…
Belive fait une chronique humaine du drame du pont Morandi à Gênes. La première impression de noirceur que peut laisser cette fiction couve gaiement un profond appel à la vie et à ses rebonds. Milène Tournier y adopte une langue alvéolée avec laquelle elle fait s’imbriquer l’intime, le sensible, le spirituel, le tragique… le politique.

EXTRAIT
>> Lire l’extrait de Belive

QU’EST CE QUI A MOTIVÉ / PROVOQUÉ / SUSCITÉ L’ÉCRITURE DE CE TEXTE ?
J’ai écrit Belive pendant ma résidence d’écrivain dans la Maison Louis Guilloux, à Saint Brieuc. Avant de partir, je savais que j’avais envie/besoin d’écrire un texte-crue, qu’on pourrait dire avec l’ivresse des falaises. Je veux dire que c’était cette joie des grands espaces, que je recherchais. Parfois on croit qu’on veut écrire et en fait on veut aller dans un certain endroit, avec son corps. J’avais désir de vent, de lumière et de soleil. C’est peut-être pour cette sensualité, cette sensorialité climatiques que j’ai inventé Belive. J’avais soif de monologues-fleuves, pour essayer de mettre en mots l’indicible, l’amour, la mort, la foi et le doute, la solitude. La pièce alterne entre dialogues, passages contés, et longs monologues. C’est une forme que j’avais déjà explorée dans ma précédente pièce Et puis le roulis qui, elle aussi, convoquait les paysages marins et des thèmes liés à la famille. J’ai essayé, avec Belive, de semer les éléments fondateurs d’un drame que chaque lecteur peut reconstituer à sa manière : le pont, les camions, le phare, la mer, l’eau qui coule sur le visage d’un père.
La bibliographie éclatée des lectures (ou réminiscences) qui ont porté Belive : Claudel, le souvenir de Claudel, les messes, les mots des messes, le film Camille Claudel de Bruno Dumont, les alléluia, certaines lectures dites « jeunesses », Christian Bobin, Pascal Quignard…
Milène Tournier

© Dominique Pardoux, artiste de Vannes, a réalisé ces peintures à partir de fragments de Belive que Milène déposait sur Facebook pendant l’écriture.

LA VIE DU TEXTE
Belive est une sélection 2020 du comité de lecture de Troisième bureau.

© Kamal Senhaji

BIOGRAPHIE
Milène Tournier, née en 1988, docteure en études théâtrales de l’université Sorbonne Nouvelle (Figures de l’impudeur : dire, écrire, jouer l’intime 1970-2016), est une auteure de théâtre, poésie et de formes croisées. Elle publie en 2018 Et puis le roulis (Éditions Théâtrales) ; en 2019, Nuits (La Ptite Hélène). Son recueil de poésie Poèmes d’époque est préfacé par François Bon (Polder). Son deuxième recueil L’autre jour paraîtra en juin 2020 (Lurlure). Elle réalise des écritures filmiques qu’elle partage sur Youtube. Elle est par ailleurs professeur documentaliste dans un lycée professionnel. Elle a récemment joué dans le court-métrage, entre documentaire et fiction, Automne Malade réalisé par Lola Cambourieu et Yann Berlier pour lequel elle a reçu la mention spéciale du jury pour l’interprétation féminine au festival « Tous courts » d’Aix-en-Provence (le court-métrage a été diffusé en mars 2020 sur Arte).

BIBLIOGRAPHIE
L’autre jour, Éditions Lurlure, à paraître en juin 2020
Nuits, Éditions de la Ptite Hélène, 2019
Poèmes d’époque, préface de François Bon, Polder 184, 2019
Et puis le roulis, Éditions Théâtrales, 2018. Ce texte a été lauréat de l’aide à la création ARTCENA en 2018.

Numéro 8, Place de La Sorbonne, Revue internationale de poésie de Paris-Sorbonne, 2018
Numéro 9, Place de La Sorbonne, Revue internationale de poésie de Paris-Sorbonne, 2019
Dans ma ville Ce texte a été lauréat de l’aide à la création ARTCENA, rubrique Encouragements, en 2017
Contribution à l’ouvrage collectif, Tiers Livre Éditeur | On ne pense jamais assez aux escaliers, 2017
Contribution à l’ouvrage collectif, Tiers Livre Éditeur | Une histoire parallèle du cinéma, 2018
Contribution à l’ouvrage collectif, Tiers Livre Éditeur | Je vous parlerai d’une autre nuit, 2018
Contribution à l’ouvrage Esprit d’arbre, Éditions Pourquoi viens-tu si tard, 2018

SES 3 COUPS DE CŒUR LITTÉRAIRES
La quête, chanson de Jacques Brel
Dans la solitude des champs de coton, Bernard-Marie Koltès, éditions de Minuit, 1987
Les planches courbes, Yves Bonnefoy, Gallimard, 2003

AUTRES LIENS
>> voir ses poèmes-vidéos sur sa chaine Youtube
>> voir sa page sur le site d’Arcena
>> voir les vidéos-poèmes qu’elle a réalisées avec de jeunes apprentis boulangers-pâtissiers dans le cadre d’une résidence au lycée hôtelier Château des Coudraies à Étiolles (91) sur Remue.net
>> voir la rencontre avec Milène Tournier à l’occasion de son rôle dans Automne malade de Lola Cambourieu et Yann Berlier sur Arte
>> voir la page consacrée à sa pièce Et puis le roulis sur le site des éditions Théâtrales
>> écouter l’entretien de radio Grand ciel avec Milène Tournier sur ses Poèmes d’époque