Vendredi 16 mai 2014… C’est quoi le problème ?

18h [Bibliothèque Centre Ville]

Lecture & Conversation THÉÂTRE ET RÉALITÉ
Olivier Neveux
Magali Mougel, Laura Tirandaz

En s’appuyant à la fois sur des textes théoriques et des écrits poétiques, nous discuterons du concept de réalité et de sa mise en scène au théâtre. L’exigence d’authenticité – un des arguments propre à la réclame et la publicité – semble de nos jours dicter de plus en plus sa pratique au théâtre au risque d’en réduire sa portée poétique. Quelle serait la finalité d’un théâtre qui ne serait plus qu’un pur collage de récits factuels ? Cette tendance semble faire fi de la complexité et la multiplicité de nos perceptions ainsi que de l’articulation – parfois mensongère – entre subjectivité et réalité. L’affaire n’est pas nouvelle bien-sûr. Baudelaire dénonçait déjà à son époque cette « grande fureur d’honnêteté » qui s’emparait des arts – du théâtre jusqu’à la poésie, ironisant sur ces poètes et critiques qui confondaient le beau et le vrai. Le plateau doit-il assujettir la beauté à une exigence d’exactitude ?

>>>Voir les photos de la conversation<<<

19h55 [Théâtre 145] Chronique
Théâtre et réalité, le papillon et le projecteur, Laura Tirandaz

20h [Théâtre 145]
Lecture LES REGRETTANTS
Marcus Lindeenmarcuslindeen2

“L’entretien qui suit est basé sur des enregistrements audio effectués lors d’entrevues réelles entre deux hommes suédois en juillet 2006.”

“Quand est-ce que tu as fait le tien ?”.
Le tien, c’est le changement de sexe. Dans la lignée d’un théâtre documentaire, Marcus Lindeen écrit la rencontre entre Orlando et Mikael, deux hommes qui ont choisi à un moment de leur existence de devenir femme. Et qui témoignent là de leurs choix, lourds de conséquences et de troubles. Déjà en 1928, l’Orlando de Virginia Woolf racontait l’histoire de cet homme transformé en femme après un long sommeil. Pour les protagonistes des Regrettants, ce sommeil est l’anesthésie voulue et fantasmée comme la promesse d’une vie nouvelle. En visionnant les photos de leur passé, ils/elles évoquent la difficulté à s’approprier leur nouveau corps de femme, leurs voix, la peur d’en faire trop… et disent les espoirs et les désillusions d’une réalité qu’ils n’avaient pas prévue. « Mais c’est comme ça que je me sens, en fait. Un peu entre les deux. Ou les deux. » Et aujourd’hui, pour des raisons différentes, ces regrettants décident de revenir en arrière…

Avec Bernard Garnier, Dominique Laidet, accompagnés par Sylvie Jobert et Léo Ferber

>>>Voir les photos<<<

22h [Théâtre 145]
Rencontre ÇA TROUBLE DANS LE GENRE

Marcus Lindeen, Esther Sermage
Magali Mougel, Laura Tirandaz

Entretien sans interviewer, confessions à cœur ouvert d’une expérience de vie, Les Regrettants pourrait être un documentaire sur la question de l’identité sexuelle. Les questions qui traversent cette pièce sont donc multiples : Qu’est-ce qu’être un homme ? Qu’est ce qu’être une femme ? Qu’est-ce qu’implique la reconnaissance de soi dans un sexe plutôt que dans un autre ? Est-ce que le sexe détermine le genre ? À partir de quel moment le reflet de mon corps dans un miroir est en adéquation avec l’image mentale que je porte en moi ?
Marcus Lindeen pose le constat qu’il y a quelque chose qui n’est pas clair dans la façon dont nos identités – sexuelles – se construisent : c’est à l’endroit où l’on pense souvent que ce qui semble être le plus clair se révèle ne plus pouvoir aller de soi et certains en tremblent … Ainsi, Marcus Lindeen dans son texte met Les Regrettants en scène et ce trouble dans le genre qui agite chacun d’entre nous.