Jeudi 22 mai 2014… C’est quoi le problème ?

14h [Théâtre 145] REGARDS LYCÉENS

Deux classes de 2nd du Lycée technique et professionnel André-Argouges et une classe de 1ère du Lycée Les Eaux-Claires de Grenoble, en conclusion d’un travail mené depuis janvier avec des comédiens de Troisième Bureau sur les pièces Tranche froideLe Champ et Bienveillance, ont rencontré les auteurs Linda McLean et Pavel Priajko et échangé “à distance” avec Fanny Britt. Chaque classe a lu un extrait des textes et fait part de son “coup de cœur”.

Pavel Priajko a rencontré le vendredi 23 les élèves d’une classe de 2e du Lycée polyvalent Ferdinand Buisson à Voiron.

>>>Voir les photos de Regards lycéens<<<

20h [Théâtre 145]

Lecture ILLUSIONS [Russie]

Ivan Viripaevviripaev011

Sandra et Denis, Margaret et Albert sont deux couples à la fin de leur vie. C’est leur histoire que nous content quatre narrateurs espiègles, peu scrupuleux de vérité et prompts à jouer la comédie humaine qui s’annonce. Lorsque Denis est allongé sur son lit de mort, il convoque sa femme Sandra pour lui livrer ses derniers mots, lui dire sa fidélité éternelle. C’est le début d’un engrenage dans lequel les personnages rendus incertains d’eux-mêmes, accumulent aveux et désaveux successifs, entrainant le lecteur dans cette joyeuse mascarade. Leurs infidélités présumées et souvent démenties – car ils ont un « très bon sens de l’humour » –, ne semblent être qu’un prétexte pour l’auteur qui se joue d’une vérité fuyante, lui préférant le trouble et l’illusion. La jubilation d’une écriture délirante se révèle dans le maniement du mensonge et de l’illusion théâtrale, ressorts puissants à décrire le doute existentiel : « Il doit bien y avoir un minimum de constance, dans ce cosmos changeant ? ».

>>>Voir les photos<<<

22h [Théâtre 145]

Rencontre Y A-T-IL UNE CONSTANCE DANS CE COSMOS CHANGEANT ?

Avec ce récit de la vie amoureuse de deux couples qui se voueront fidélité et transparence sur leurs sentiments durant 54 années rapporté par quatre comédiens qui semblent l’inventer devant nous, Viripaev propose une comédie digne des tourments amoureux présents dans les pièces de Marivaux. L’auteur vient alors titiller les cyclones qui parfois bouleversent nos mondes alors que nous sommes en quête d’un amour absolu et revivifie ces thématiques qui jalonnent l’histoire du théâtre : l’inconstance amoureuse, la fourberie des êtres qui ne cessent de poser cette question, à savoir «  Y a t-il une constance dans ce cosmos changeant ? »