LA BRECHE N°3

EDITO

Mesdames et Messieurs, nous sommes là pour vous ouvrir les yeux, appelés les relateurs nous sommes livreurs et collecteurs de nouvelles. Nous parcourons la Ville pour livrer la gazette, laissons traîner partout nos oreilles, connaissant tout et tout le monde. Ca c’est la réalité d’Urbi de Marine Auriol, une excursion en ville futuriste, une infiltration dans les fissures, les brèches d’une société dictatoriale.
Avant la pièce de Marine Auriol, détour par Utopie Provisoire, une pièce écrite par des détenus du centre pénitentiaire de Saint-Quentin-Fallavier, dans le cadre d’un atelier d’écritures mené par notre modèle à toutes et à tous, Samuel Gallet.
Embarquement immédiat ! Veuillez attacher vos ceintures et bien vous concentrer sur la gestuelle aérienne des hôtesses de l’air et steward (qui toute leur vie ont rêvé d’avoir les fesses en l’air). Atterrissage, saut en parachute, masque de sécurité, vous avez tout enregistré, vous êtes prêt à décoller. Vous avez le loisir de déguster sur place nos plateaux repas et boissons diverses, en feuilletant les magazines situé dans la pochette du siège avant (dont la célébrissime gazette « La Brèche »). L’infini, l’horizon est à vous, Mesdames et Messieurs. Bon voyage !

LES GRAVAS…

Plus que jamais une pause s’imposait après la lecture de la pièce avant de commencer le café des auteurs… L’assemblée toute entière semblait abasourdie à la fin de la lecture, peu de mots, juste des applaudissements en abondance. Pour les comédiens et pour Elie Karam… Tout le monde semblait « sonné » après la performance. Ce coin de rue où l’on fume une clope d’après spectacle habituellement si bruyant et rigolard était étrangement calme. On se parlait à voix basse. Parle moi de la guerre pour que je t’aime a pris toute son ampleur hier soir ; on a pu constater la richesse et l’épaisseur du texte d’Elie Karam. C’est surprenant d’être très touché par un texte à la lecture pour se rendre compte en l’entendant qu’on l’a été alors qu’on n’en avait pas perçu la moitié.. S’en est suivi un café des auteurs dans la lignée de la lecture puisqu’il s’y est dit et raconté des choses troublantes. On reste sans voix en l’entendant conter sa vie dans un immeuble menacé par une bombe enfouie sous terre pendant un mois et demi. Il raconte cela mais sans chercher à émouvoir, au contraire avec une « normalité » frappante. Comme il l’expliquait, il n’est pas traumatisé par la guerre, « c’est quelque chose que j’ai refusé dés mon enfance […] mes nerfs sont traumatisés par elle, moi non… » A propos du Liban, Elie Karam dit que c’est un pays charmant et séducteur mais en proie à la violence depuis toujours : « […] c’est tellement facile de retourner deux libanais l’un contre l’autre… ». Et à la fois, un pays qui se relève toujours malgré les guerres et les conflits à répétition. Cette force de la population a repeuplé des rues en proie aux bombardements deux jours plus tôt : « les terrasses de Beyrouth sont bondées alors qu’une semaine avant on s’entretuait ici… ». C’est par de sincères remerciements aux comédiens qu’Elie Karam clôturera le café des auteurs

TROISIÈME BARREAU

Alors voilà, aujourd’hui le patron est en prison, livrés à nous même nous tentons tant bien que mal de livrer une gazette honorable. Heureusement avant de partir, il a laissé « quelques notes » sur le travail mené avec des détenus.

L’Utopie Provisoire
Quelques notes sur le travail mené

“La pensée la plus pure est possédée par le possible.”
Stanislas Rodanski
La victoire à l’ombre des ailes.

Cette série d’ateliers que j’ai eu l’occasion et le plaisir de mener au Centre pénitentiaire de Saint-Quentin-Fallavier a donc abouti à la constitution d’une petite pièce de théâtre, inachevée, mais dont la composition fut riche en réflexions et échanges. Rien n’était prévu au commencement. Je ne voulais pas imposer de thème extérieur qui n’aurait été pleinement choisi par le collectif de détenus. Le texte s’est donc peu à peu constitué selon les préoccupations littéraires du groupe et les multiples discussions partagées.
L’écriture étant d’abord affaire de langue, de musique et de rythme, j’ai proposé une exploration du paysage langagier, intérieur et musical de chacun. Les exercices formels à partir de contraintes poétiques ont permis de faire connaissance des uns et des autres, d’établir une confiance, et d’éviter l’écueil psychologique, le ressassement stérile du malaise carcéral. Nous avons ensuite poursuivi le travail sur l’univers urbain. Les villes où nous vivons. La ville comme espace dans lequel on se croise, se côtoie, s’ignore, se rencontre, s’évite, se manque, univers riche, que nous prenons rarement le temps d’observer et encore moins de nommer. J’ai donc proposé un travail d’inventaires sur la circulation urbaine, les visions nocturnes, matinales, quotidiennes, les foules, l’électricité, les immeubles, friches, et fenêtres, tout ce que nous avons en commun et qui pourtant divise, quadrille, sépare. La ville est une totalité éparpillée, faire le geste de la nommer renoue avec un des premiers mouvements poétiques, inventorier le monde, faire entrer l’excès du réel dans la langue. Au cours de la lecture des différents textes produits, il devint pourtant manifeste que les villes réelles ne nous satisfaisaient pas. Nous avons donc décidé de travailler sur des villes imaginaires. A quoi ressembleraient les villes dans lesquelles nous souhaiterions vivre ? Quelle architecture ? Quels habitants ? Et surtout pour une ville idéale, quelles seraient les lois, les obligations, les contraintes ? Ont naturellement suivi les questions sur la réalisation concrète de l’utopie, de la cité idéale, quels plans ? La violence sera-t-elle nécessaire et comment décider qui abattre ?
De vives et chaleureuses polémiques ont éclaté entre les tenants de l’utopie et ceux rappelant l’échec des grandes idéologies du vingtième siècle, le cercle vicieux de la violence, les massacres politiques, les dictatures les plus meurtrières. Le désastre est-il inscrit au coeur de tout projet utopique ? Le révolutionnaire n’est-il qu’un malade mental ? L’échec des grandes utopies du vingtième siècle interdit-il aux hommes et femmes du vingt et unième de rêver à une société autre ? Découvert dans et par l’écriture, le thème, peu à peu exploré, n’a pas été imposé de l’extérieur, et ainsi nous avons pu commencer à écrire cette pièce. Mon travail consistait à insister sur la fiction, à trouver des formes d’écritures qui permettent de ne pas retomber dans le réel de l’enfermement, dans les préoccupations, les frustrations, et les grognes que peuvent ressentir les détenus.
J’apporte comme appui des textes poétiques et théâtraux et propose des contraintes formelles précises. Puis ré-écris les textes des participants à l’ordinateur après chaque séance et prépare des montages que je propose pour les séances suivantes. Il faut parvenir à contourner les débats extérieurs aux textes écrits.
Cette approche nous a permis d’aller loin dans la réflexion sans que des débats d’actualité assez stériles et obsédants (du type omni-président et ses amis) ne parasitent le travail. Montage, ordre des scènes, dialogues, logique interne du texte, personnages à ajouter et à inventer, toute la démarche concrète de l’écriture nous a permis de rester dans une vraie démarche poétique. L’Utopie provisoire (adjectif pouvant à la fois exprimer sa réalisation imminente comme sa disparition certaine) se constitue ainsi en trois temps :
La révolte et la révolution de tout un peuple face à la famine et à un système injuste incarné par le Gouverneur (Alfred Jarry et son plus que fameux Ubu Roi me fut d’un grand secours). L’instauration d’une dictature et le règne de quatre généraux tyranniques et sanguinaires. L’un des participants souhaitait finir par une intervention de Pablo Neruda, qui revendique la nécessité de l’espoir, fragile mais toujours vivace, et le refus de la résignation. Même si la révolte pour un monde plus juste a échoué.

Entretien avec Marine Auriol

Auteur d’Urbi, mais également de Zig et More et de l’Angare, trois pièces composants les premiers chapitres de sa saga théâtrale : La Chronique du Grand Mouvement (en douze chapitres)

LA BRECHE. – Pour commencer, pouvez-vous nous parler de votre formation ? Comment avez-vous commencé à écrire et comment procédez-vous dans votre écriture ?
M. AURIOL. – Etudiante, j’ai commencé à préparer l’école des Chartes, mais je me suis vite arrêtée, puis j’ai commencé une fac de Lettres classiques, et là encore j’ai mis un terme à cette formation !
Puis, en tant que metteur en scène, je ne trouvais pas de textes qui me correspondaient, j’ai donc commencé à écrire. Mais je ne trouve aucun intérêt à monter mes propres textes.
Sinon, je n’écris pas en collaboration avec une troupe ou des comédiens, j’écris seule avec moi-même (sourire), sans connaître la fin de la pièce quand je la commence.

LA BRECHE. – Et les Chroniques ont-elles un lien avec votre théâtre de marionnettes ?
M. AURIOL. – La première mise en scène de Zig et More était une forme de théâtre de marionnettes, avec des marionnettes qui recouvraient les comédiens, et dont ils se libéraient au fur et à mesure, pour retrouver une humanité. Ce qui m’intéresse dans la marionnette (le théâtre d’objet, le théâtre d’ombres), c’est le rapport marionnettiste/objet, manipulateur/manipulé. Qui prend le pouvoir ? La parole ? Les objets se révoltent souvent lorsqu’on les manipule, et c’est alors le marionnettiste qui est manipulé par l’objet.

LA BRECHE. – Votre pièce a pour forme la fable et fait beaucoup penser à un scénario de film, elle est séduisante, généreuse, accessible pour un large public, comment avez-vous choisi cette forme ?
M. AURIOL. – Je n’écris pas pour un public habitué au théâtre, j’écris toujours pour le public le plus large possible. J’aime beaucoup le travail sur la langue qui a été fait par beaucoup d’auteurs de théâtre des générations précédentes, mais actuellement il y a une jeune génération d’auteurs qui reviennent à la fable. Qu’est ce qu’on peut raconter sur un plateau ? Et puis je suis de la génération Star Wars (sourire) ! La fable est essentielle. Quand on me demande ce que je fais dans la vie, je dis toujours que je raconte des histoires.

LA BRECHE. – Ecrivez-vous également dans la perspective d’être lue ? La lecture de vos textes est agréable pour de nombreuses personnes qui y voient beaucoup d’images.
M. AURIOL. – Je suis habituée à écrire pour les metteurs en scène, je n’ai pas pensé aux lecteurs, mais tant mieux si mon théâtre peut être lu. J’ai écrit du théâtre pour qu’il soit monté. Parfois je me dit que mes pièces sont peut être trop construites (avec les didascalies nombreuses, etc.) pour certains metteurs en scène. Les didascalies, je les écris pour moi, pour la construction de mon histoire, et je laisse au metteur en scène la liberté totale de ne pas les suivre. Je me projette les images comme un film, une B.D. Ces didascalies sont pour moi uniquement.

LA BRECHE. – Votre Chronique du Grand Mouvement est une saga, ce qui se voit rarement au théâtre. Comment l’idée vous en est-elle venue ?
M. AURIOL. – Pourquoi une saga ? J’ai fait des études de Lettres classiques, j’ai une grande fascination pour les cycles romanesques du XIXème. J’avais envie de faire cela au théâtre. Quand j’ai fini d’écrire Zig et More, je me suis dit que ce monde m’intéressait, je voulais voir évoluer les personnages, les voir grandir, changer d’avis. Creuser ce monde-là. Mais j’ai fait le choix que chaque pièce puisse être prise séparément, même si bien sûr je serais très heureuse qu’un jour on passe les 48h de ma Chronique dans la Cour d’honneur du Palais des Papes (rires) !

LA BRECHE. – Justement, en lisant vos trois premiers chapitres, on se rend compte que le climat est d’une grande immobilité, cela va donc évoluer ?
M. AURIOL. – La situation va évoluer d’une certaine manière. Ce qui m’intéresse beaucoup c’est l’opposition et la rencontre des deux groupes (ceux de la ville : « le Pouvoir », et ceux de la résistance : « les Cadrieux »). Qu’est ce qui fait que l’on tient pendant des années un conflit ? La situation du conflit ne va pas vraiment évoluer, mais les personnages vont essayer de changer les choses. Est-ce qu’ils vont y arriver ? Je ne sais pas.
En ce moment je commence la septième Chronique. Je n’ai pas de scénario préétabli pour la suite. J’ai écrit Zig et More à 23 ans, j’en ai maintenant 30, je grandis avec mes personnages, Zig et More ne résonne plus en moi de la même façon.
Mes chroniques sont structurées en trilogies.
La première trilogie se rapporte plutôt au désespoir, on ne peut rien faire, on subit ce monde. Dans la deuxième on va peut être essayer de faire quelque chose, il y a un espoir. Dans la troisième, la trilogie « de la ressemblance », je ne sais pas encore exactement ce qu’il va se passer.
J’ai le projet d’écrire un épisode qui sera uniquement un monologue.
J’ai vu que mon théâtre parlait beaucoup aux jeunes, et c’est peut être parce qu’il est justement beaucoup question de jeunes dans mes pièces. Je ne situe pas mes personnages dans une « génération impuissante » comme on peut l’entendre parfois aujourd’hui au sujet des nouvelles générations. La solution, ou plutôt la possibilité d’envisager un avenir autre, dans mes Chroniques, viendra des plus jeunes et des plus faibles, de ce que j’appelle la « génération du Grand Mouvement ». Zig, auquel je suis très attachée, est probablement né le jour du Grand Mouvement. Tous les enfants de mon histoire ont un lien commun.

LA BRECHE. – Le monde d’Urbi nous rappelle ceux de 1984 d’Orwell, du Meilleur des Mondes d’Aldous Huxley, ou celui du théâtre de Bond, vous êtes-vous inspirée d’un de ces auteurs ?
M. AURIOL. – J’ai toujours dit que Bond était mon père spirituel. Je n’ai pas une immense culture de la Science Fiction. Jeune, j’ai bien sûr lu Huxley et les autres. Aujourd’hui j’aime beaucoup Pierre Bordage et Truong. Je me situe plus dans l’anticipation que dans la science-fiction.

LA BRECHE. – L’anticipation vous permet de parler plus facilement du monde actuel.
M. AURIOL. – Oui, l’anticipation a la force de parler de notre monde sans risquer de heurter certaines sensibilités (sourire). Je « généralise » (je n’aime pas trop ce mot…) certaines anecdotes, certains conflits actuels. Je suis une grande lectrice de presse, je voyage beaucoup, et l’anticipation me permet de parler de l’actualité sans prendre parti, sans renter dans la dénonciation. J’ai toujours dit qu’il n’y avait pas un camp mieux qu’un autre. La résistance utilise souvent les mêmes armes que ses agresseurs et je me dis que c’est sans doute la ressemblance entre les gens qui fait justement qu’ils s’opposent.

LA BRECHE. – Pour finir, y aurait-il un livre que vous auriez envie de faire connaître aux lecteurs de La Brèche et dont on ferait la présentation?
M. AURIOL. – Et bien, le dernier que j’ai lu de Pierre Bordage : L’ange de l’abîme.