Festival 2021

REGARDS CROISÉS > 21ème édition du 3 au 8 mai 2021

>> Les RENDEZ-VOUS EN LIGNE c’est par ici !
>> Feuilleter le programme du festival
>> Feuilleter le livret « carte blanche » aux auteurs
>> Regarder les entretiens vidéo des auteurs du festival

Affiche regards croisés 2021[ÉDITO]

Fermé pour cause d’épidémie

“Dépoteur de chimères ça claque quand même plus qu’égoutteur de tofu”. Constat drôle et implacable du regretté Joseph Ponthus qui exerça ces deux métiers dans les usines de poissons avant d’épuiser son corps dans les abattoirs de Bretagne. Son livre À la ligne – Feuillets d’usine1 , est une narration lyrique de son quotidien d’ouvrier intérimaire, baignée des lectures des écrivains et des poètes qui l’ont façonné, un livre écrit comme un journal de guerre. D’où sans doute cette phrase d’Apollinaire placée en exergue : « C’est fantastique, ce qu’on peut supporter ».

Un constat qui interpelle, qui frappe, comme une révélation, une évidence, douze mois après le début du premier confinement quand on nous assurait que tout allait rentrer dans l’ordre puisque la guerre au virus était déclarée. Pour Apollinaire, c’est d’une autre guerre dont il est question dans sa “lettre à Madeleine2 ” du 30 novembre 1915. Il est dans les tranchées, sous les balles et les obus de 105, au milieu des rats et des cadavres. Il y parle de l’épouvantable condition des soldats, des corps maltraités, mutilés, mais aussi d’art, de peinture, de poésie, de ses projets d’écriture et d’amour.

Comparaison n’est pas raison, mais les effets de la crise que nous traversons depuis un an, ou qui nous traverse, sont bien réels. Alors pas l’envie ici de polémiquer sur l’incompréhensible couvercle mis sur les lieux culturels – musées, cinémas théâtres… Mais Apollinaire comme Ponthus nous rappellent combien sont importantes et nécessaires les paroles des poètes, et qu’il est difficile de vivre sans art. Alors oui, c’est fantastique ce qu’on peut supporter… ou ne pas, comme nous y invite chacune des pièces des auteur·rices qui font cette 21e édition. Invitation à faire un pas de côté et oser dire « non ». Et se demander quelle place aujourd’hui pour ces auteur·rices- artistes ?

Cette année pas d’assemblée réunie autour de la grande table à l’écoute de fictions qui examinent notre devenir commun, mais des rendez-vous en ligne en partenariat avec theatre-contemporain.net et le Centre de Ressources Internationales de la Scène.

Chaque soir à 20h30, retrouvez lectures et rencontres sur troisiemebureau.com et theatre-contemporain.net