Regards croisés 17ème édition

ÊTRE OU NE PAS ÊTRE À SA PLACE

viseul FRC17Je t’écris depuis le passé, spectateur. Là-bas, tous les espoirs sont permis. On apprend comment retenir sa respiration, les bulletins ne sont pas dans l’urne, l’urne n’est pas ouverte, les résultats ne sont pas connus, les sondages ne sont pas démentis, tous les espoirs sont permis, tu m’entends, tous, même les plus fous. On combat l’ennemi intérieur, le pessimisme, le dégoût.
Je voudrais te dire que ça fait du bien, ben rien, juste, tu sais, y croire encore, tu sais, le truc bête de la fille dans la soirée, celle qui sourit bêtement, celle qui dit « ah bon, vous, vous pensez ça, vous pensez que tout est foutu, ah, ok, parce que moi j’y crois, non mais c’est pas grave, c’est rien », je suis ce qu’on appelle une optimiste, tu vois la fille dans les soirées, celle qui dit, je vais y aller, je crois encore à ça, aux urnes, tout ça, le truc démocratique, le truc de l’adrénaline, de l’isoloir, de la discussion de comptoir, le truc de j’invite des potes, on regarde les résultats, on a les yeux qui brillent, on sait pas, on pense que c’est pas mort, parce que normalement nos idées vont triompher, ben oui, ça peut pas en être autrement, parce que sinon ça voudrait dire qu’on dit dans la société de ceux qui pensent que tout est foutu.
Tu le connais le cynique, tu vois le genre de gars, celui qui dit « ben je vous l’avais dit les gars, il y a plus rien à en attendre de ces gens-là, y a plus rien à faire, c’est mort, c’est fini, exit, va pour la viande en boîte, le déjà-fait, le trop-tard ». Ben je ne suis pas lui, je suis l’autre, la fille, celle qui arrête pas de dire à ses amis, ben c’est possible, ben on ne sait pas encore, tout peut encore se passer différemment, je te jure que si, on peut pas vivre comme si l’amour n’était pas.
Je t’écris depuis le passé, spectateur. Je ne sais pas encore ce que nous avons fait de notre pays. J’essaie de convaincre, j’essaie d’essaimer, de diffuser, de dire « go », de dire « allez », de dire que le « nous » en vaut la chandelle, ce pronom-là, ce trésor-là.
Depuis qu’on a remplacé le chiffre 6 par le chiffre 7 dans le nom de l’année qui s’écoule, je me sens déplacée moi aussi, tourneboulée, bouleversée, cul-par-dessus-tête, c’est les monta(g)nes russes. Y a plus personne qui m’écoute, je suis minoritaire, je me sens seule, j’ai plus de place.
Je t’écris depuis le passé, spectateur. Mais là, dans ce futur que je connais pas encore, il y a quelques silhouettes souriantes, Zinnie, Marilyn, Ferdinand, Thierry, Pascal, Marie, Evan et les autres et il y a quelques lueurs qui disent « mais non, t’es pas folle, t’es pas dégénérée, t’es pas désespérément optimiste, tu es à ta place ici, viens-là, viens tout contre nous, viens au chaud de nos textes, au plus proche de notre langue, voilà, t’es bien là ? Ça va mieux ? ».

Pauline BOUCHET